/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve Doyon

357 ans d’expérience pourraient quitter l’Assemblée nationale

Francois Gendron
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de l’année 2018, les annonces de départ de députés d’expérience se multiplient.

Au Parti québécois...

Le Parti québécois a connu un lundi noir le 15 janvier dernier avec trois départs dans la même journée. En effet, Nicole Léger (20 ans), Agnès Maltais (19 ans) et, avec une certaine surprise, celui d’Alexandre Cloutier (11 ans).

Depuis, d’autres péquistes ont décidé qu'ils en étaient à leur dernier mandat. C’est notamment le cas du vénérable François Gendron (42 ans) et de Claude Cousineau (19 ans).

Le chef, Jean-François Lisée, est toujours en attente de la décision de Nicolas Marceau (9 ans), ex-ministre des Finances, qui se dit toujours en réflexion.

... et au Parti libéral

Encore plus de départs sont prévus au sein du parti gouvernemental. Il y a ceux qui ont confirmé, dont les ministres Jean-Marc Fournier (22 ans) et Stéphanie Vallée (11 ans), l’ex-ministre de l’Éducation Pierre Reid (15 ans) ainsi que les députés Raymond Bernier (12 ans), André Drolet (9 ans), Karine Vallière (6 ans) et Guy Hardy (4 ans)

D’autres élus pourraient quitter au sein du PLQ, notamment l’expérimenté Jacques Chagnon (32 ans), président de l’assemblée, les ministres Geoffrey Kelley (24 ans) et Laurent Lessard (15 ans), sans oublier les députés Norbert Morin (13 ans) et Michel Matte (8 ans).

Et les autres ?

Il y a les députés indépendants, exclus de leur caucus respectif, qui vraisemblablement ne se représenteront pas. Ces députés sont : Pierre Paradis (37 ans), Gerry Sklavounos (11 ans), Gaétan Lelièvre (6 ans) et Claude Surprenant (4 ans); sans oublier la députée de Vachon, Martine Ouellet (8 ans), qui a décidé de faire le saut « périlleux » au fédéral.

On ne s’attend pas à des départs à la CAQ ni chez Québec solidaire. On murmure à la Coalition avenir Québec que l’odeur du pouvoir aurait convaincu quelques députés d’expérience de poursuivre pour un mandat supplémentaire. Le pouvoir, ça donne un brin d’énergie de plus, parait-il.

Changement de Garde

Selon le dernier sondage Léger, 70 % des Québécois souhaitent du changement et cette élection de 2018 risque d’en être un. Est-ce que pour la première fois depuis 50 ans, le Québec sera dirigé par un autre parti que le duo PQ-PLQ ?

Chose certaine, il y aura un changement de garde chez les élus québécois. Les raisons des départs sont multiples : retraite bien méritée, désir de relever de nouveaux défis, famille, etc. Néanmoins, il y a tout de même un marqueur historique que de voir autant de ténors quitter lors du même mandat. Il y a un peu de notre mémoire collective qui prend sa retraite. Je salue le départ de ces vétérans dont j’ai eu le plaisir, pour la plupart, de côtoyer.

Au fait, si tous ces départs s’avèrent, le doyen de l’Assemblée nationale deviendrait François Ouimet, député libéral de Marquette et actuel vice-président de l’Assemblée nationale, élu en 1994.

Le seul autre député élu avant les années 2000 serait François Legault, chef de la CAQ.