/sports/hockey/canadiens
Navigation

Des décisions à prendre avec certains espoirs

Marc Bergevin
Photo d'archives, Martin Chevalier Marc Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Même si le Canadien de Montréal ne participera vraisemblablement pas aux séries éliminatoires, il aura du pain sur la planche d'ici le repêchage de la Ligue nationale.

Outre l'évaluation de nombreux joueurs de l'organisation, le directeur général Marc Bergevin et les membres de son équipe devront également prendre des décisions importantes avec certains de leurs choix à l’encan amateur.

L'équipe a jusqu'au 1er juin pour faire signer une entente aux attaquants William Bitten et Michael Pezzetta, deux joueurs sélectionnés en 2016. Si le Tricolore choisit de ne pas leur accorder de contrat, ils seront à nouveau admissibles au repêchage.

Avec une récolte de 61 points en 58 parties, Bitten est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière dans la Ligue junior de l'Ontario (OHL). Capable d'évoluer tant au centre qu'à l'aile, ce petit attaquant de 5 pi et 10 po et 170 lb risque de faire un bon bout de chemin en séries éliminatoires avec les Bulldogs de Hamilton, l'une des puissances de l'OHL.

Son style de jeu s'apparente drôlement à ceux de Brendan Gallagher et de Paul Byron, un style axé sur la vitesse d'exécution, la fougue et la détermination.

Dans le cas de Pezzetta, ce joueur de centre de 6 pi et 1 po et 204 lb revendique 22 buts en 58 joutes cette année avec les Wolves de Sudbury et le Sting de Sarnia. Une production nettement supérieure à ses trois premières campagnes dans l'OHL, puisqu'il n'avait jamais marqué plus de 10 buts lors d'une même année.

Même s'il est reconnu avant tout pour ses poings plutôt que ses points, Pezzetta demeure un espoir intéressant qui évolue à une position qui manque cruellement de profondeur chez le Tricolore.

Le cas Fleury

Choisi au troisième tour du dernier repêchage, le défenseur Cale Fleury pourrait effectuer le saut chez les professionnels dès la saison prochaine en raison de sa date de naissance.

Né en 1998, Fleury pourrait évoluer avec le club-école du Canadien à 19 ans - comme l'a fait Nikita Scherbak il y a quelques années -, puisqu'il aura 20 ans avant la fin de l'année 2018.

L'arrière de 6 pi et 1 po et 201 lb affiche une récolte de 49 points en 63 matchs cette saison avec l'Ice de Kootenay et les Pats de Regina. Il participera d'ailleurs au tournoi de la Coupe Memorial à la fin du mois de mai, puisque les Pats seront les hôtes.

Et Jake Evans?

Le joueur de centre de l'Université Notre Dame est un autre espoir de l'équipe qui sera à la recherche d'un contrat au terme de sa saison. Et il pourrait jouer avec le CH plus rapidement qu'on ne le pense.

Voici pourquoi...

Si Notre Dame ne réussit pas à atteindre le carré d'as lors du NCAA Tournament (le Frozen Four), Evans pourrait tenter de s'entendre rapidement avec le Tricolore afin de «brûler» la première année de son contrat d'entrée (qui sera d'au moins deux ans) comme l'avait fait Charlie Lindgren à son arrivée avec le Canadien.

C’est un élément de négociation à l'avantage des deux parties, puisque cette situation permettrait à Evans d'atteindre l'autonomie plus rapidement et au CH de conserver les droits d'un de ses meilleurs espoirs. Il faut cependant que Notre Dame ne réussisse pas à atteindre le Frozen Four, dont la finale aura lieu le même soir que le dernier match de la saison régulière du Canadien, le 7 avril.

Le choix de septième tour de l'équipe en 2014 a récolté 38 points, dont 11 buts, en 34 matchs cette année. Il s'agit d'une troisième saison consécutive de 30 points ou plus pour le joueur de centre droitier.

Selon la convention collective, Montréal a jusqu'au 15 août prochain pour lui donner un contrat, sans quoi il deviendra joueur autonome sans compensation.