/news/currentevents
Navigation

Les policiers s’invitent chez le présumé leader des Hells

Une vaste investigation antidrogue mène à des perquisitions chez le suspect

Bloc police
Photo agence QMI, Maxime Deland Un enquêteur photographié en face de l’immeuble à condos où habite le Hells Angel Mario Brouillette, mercredi, à Repentigny.

Coup d'oeil sur cet article

L’étau se resserre autour du nouveau leader présumé des Hells Angels, que les policiers soupçonnent de tirer les ficelles d’une lucrative organisation de trafiquants de drogue.

Comme plusieurs de ses proches cet hiver, c’était au tour de Mario Brouillette, autrefois surnommé le « dauphin de “Mom” Boucher », d’être la cible des perquisitions des représentants de la loi en marge du projet d’enquête antidrogue Objection, mercredi.

Bloc police
PHOTO COURTOISIE

L’Escouade nationale de répression contre le crime organisé (ENRCO) a d’abord gâché l’appétit de Brouillette en allant l’interpeller au restaurant St-Hubert de Repentigny, où il était attablé en compagnie de Claude « Le Gros » Gauthier, un Hells Angel du chapitre de Trois-Rivières, vers 15 h, a appris Le Journal.

En fin de journée, les policiers étaient bien visibles en face de l’immeuble à condos où il habite, dans le secteur Charlemagne, à Repentigny, laissant présager qu’ils se préparaient à aller y effectuer une perquisition.

D’après nos informations, les enquêteurs s’intéressaient également à son chalet situé à Saint-Alexis-des-Monts, en Mauricie, ainsi qu’à une entreprise de gestion exploitée par une personne de son entourage, à Repentigny.

Mario Brouillette, qui aura 46 ans le mois prochain, ne fait face à aucune accusation dans cette affaire.

Importantes saisies

Toutefois, les policiers le soupçonnent d’être à la tête d’un réseau de trafic de drogue affilié à plusieurs membres influents des Hells, qu’on croit bien implanté dans la région de Montréal et sur la Rive-Nord.

Depuis le 24 janvier dernier, l’ENRCO, dont le mandat est de s’attaquer aux têtes dirigeantes du crime organisé québécois, a mené une cinquantaine de perquisitions en marge de cette enquête. Leur récolte a été imposante.

Les policiers ont notamment saisi 2,3 millions $ en argent comptant et plus d’un million de dollars en stupéfiants de toutes sortes, dont 20 kilos de cocaïne et 200 000 comprimés de méthamphétamine.

Huit ans en prison

Après avoir passé plus de huit ans derrière les barreaux pour importation de cocaïne et complot de meurtre, Brouillette — qui était devenu à 23 ans le plus jeune membre en règle de l’histoire des Hells au Québec, en 1995 — a prétendu qu’il avait quitté la bande de motards en bons termes lorsqu’il a obtenu sa libération conditionnelle, en 2015.

La police le considère néanmoins comme le « vrai boss » du gang, à l’heure actuelle, bien qu’il reste en retrait des rassemblements.


► En février, l’ENRCO a aussi visité le Hells Angel Michel « Sky » Langlois, qui est l’un des fondateurs du premier chapitre de la bande au Canada, et un prospect des Hells de Montréal, Daniel-André Giroux, lors de cette même enquête.