/news/provincial
Navigation

Fin de l’aventure du groupe J’ai ma place

Un dernier chèque de 460 000$ est remis à la Ville

Luc Paradis, Régis Labeaume et Mario Bédard ont souligné mercredi la contribution de J’ai ma place dans la construction de l’amphithéâtre.
Photo Jean-François Desgagnés Luc Paradis, Régis Labeaume et Mario Bédard ont souligné mercredi la contribution de J’ai ma place dans la construction de l’amphithéâtre.

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe J’ai ma place signe un dernier chèque de 460 000 $ à la Ville de Québec et ferme ses livres après avoir contribué pour 17 millions $ à la construction de l’amphithéâtre.

L’aventure a pris fin avec le versement des dernières sommes recueillies par J’ai ma place pour la vente des sièges. L’initiative avait été lancée par le comptable Mario Bédard, qui avait eu l’idée de faire participer la population de Québec pour la construction d’un amphithéâtre multifonctionnel dans la capitale.

« C’est un peu un projet fou. On vendait des billets fictifs dans un amphithéâtre fictif. Mais la population et le conseil ont embarqué. Les entreprises ont suivi. Et ç’a donné la vague pour faire en sorte que dans les années suivantes, monsieur le maire a pris le projet sous son aile », a relaté M. Bédard.

17 M$ pour le Centre Vidéotron

« C’est 17 millions $ que nous avons remis suite à la vente des sièges », a chiffré le président du conseil d’administration de J’ai ma place, Luc Paradis. « Ça fait déjà près de 10 ans. J’ai ma place a commencé en octobre 2008. [...] On ferme nos livres. » Avec les intérêts de la vente des sièges, la Fondation J’ai ma place a aussi remis 670 000 $ à des organismes de la ville.

Mercredi, le maire Régis Labeaume a annoncé que les 460 000 $ serviront à bonifier la zone de commémoration à la place Jean-Béliveau.

« Ça reste à déterminer comment, mais l’argent va servir à amener d’autres commémorations sur le site », a indiqué le maire de Québec, Régis Labeaume.

Commémoration

La Ville a déjà dans ses cartons de mettre en évidence chacune des époques du hockey à Québec. Le maire invite maintenant les entreprises privées à apporter leur contribution. « On va travailler avec des entreprises privées qui voudraient commémorer quelqu’un ou un événement qui a été important dans l’histoire du hockey à Québec. »

Les projets proposés peuvent être un médaillon au sol, un buste sur socle ou une statue en bronze. La Ville assumera les coûts d’installation et d’entretien de l’œuvre, a réitéré M. Labeaume. Les fonds provenant de J’ai ma place y seront consacrés.