/sports/tennis
Navigation

Le parcours d’Eugenie Bouchard prend fin

BNP Paribas Open - Day 3
AFP Eugenie Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

Le passage d’Eugenie Bouchard au tournoi d’Indian Wells a été de courte durée. La Québécoise s’est inclinée dès le premier tour, mercredi en Californie.

Elle a subi la défaite contre l’Américaine de 22 ans Sachia Vickery, 100e au monde, en deux manches de 6-3 et 6-2.

Il s’agissait du premier duel entre les deux joueuses.

Bouchard a connu un match difficile au service, n’obtenant que deux as en plus de commettre trois doubles fautes. La 116e raquette mondiale n’a envoyé la balle en jeu que 52 % du temps sur son premier service.

En pareille circonstance, elle a toutefois gagné 69 % des points.

Les deux joueuses ont eu plusieurs occasions de briser leur adversaire. Vickery est celle qui en a le plus profité en convertissant cinq de ses 11 balles de bris. Bouchard, pour sa part, n’a concrétisé que trois de ses 10 chances de briser.

Vickery croisera le fer avec la troisième tête de série, l’Espagnole Garbine Muguruza, au deuxième tour.

Seule canadienne en lice, Bouchard avait reçu un laissez-passer des organisateurs pour faire partie du tableau principal. Il s’agissait de son premier tournoi depuis sa victoire en cour contre l’Association américaine de tennis, le 22 février.

Qualifiés

Chez les hommes, le Québécois Félix Auger-Aliassime a atteint le tableau principal à Indian Wells grâce à une victoire de 2-6, 7-6 (4) et 6-3 contre le Slovaque Norbert Gombos au deuxième tour des qualifications.

Le 169e joueur au monde a notamment brillé au service avec 10 as en plus de gagner 68 % des points sur sa première remise en jeu.

Les Canadiens Vasek Pospisil et Peter Polansky avaient imité Auger-Aliassime plus tôt en soirée.

En tout, cinq joueurs représenteront le Canada en Californie. Milos Raonic et Denis Shapovalov étaient déjà au tableau.

Pospisil, 75e au monde, a défait l’Espagnol Adrian Menendez-Maceiras, 115e au classement de l’ATP, en deux sets de 7-6 (5) et 6-2.

Sa victoire aurait pu être beaucoup plus expéditive s’il avait été plus efficace en situation de bris. En 12 occasions, il n’a volé le service de son adversaire que quatre fois.

Plus tôt dans la journée, Polansky a pris la mesure de l’Italien Matteo Berrettini, 108e au monde. Le Torontois, 134e raquette mondiale, a gagné en trois manches de 6-3, 1-6 et 6-3. Il a réussi cinq as dans la partie et a profité de quatre de ses huit chances de bris.