/news/currentevents
Navigation

Réjean Héon condamné à huit mois de prison ferme

Prison detenu prisonnier detention
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | À Trois-Rivières, un homme de 47 ans a pris le chemin de la prison mercredi. Réjean Héon avait déjà reconnu sa culpabilité à des attouchements sexuels sur une jeune fille qui avait 11 ans au début des agressions.

Réjean Héon passera les huit prochains mois en prison. En septembre dernier, il avait reconnu sa culpabilité à des accusations d'attouchements sexuels.

Les gestes qui lui sont reprochés ont été commis entre 1988 et 1993 sur une fillette qui n'avait que 11 ans au début des attouchements.

Le juge Jacques Trudel a rappelé que la victime a dû vivre avec de graves conséquences à la suite des gestes commis à son endroit.

«Je suis soulagée que le juge ait pris en considération les mots que j'ai dits. J'ai été crue, ça soulage d'avoir été crue», a dit la victime.

Lors des plaidoiries sur la peine en janvier dernier, la victime avait raconté avoir vécu pendant des années avec le poids d'un lourd sac à dos sur les épaules, rempli de culpabilité.

Il lui a fallu suivre une thérapie pour pouvoir l'alléger un peu, et se convaincre de porter plainte.

«Je ne voulais pas savoir qu'un jour il y aurait eu d'autres victimes et que moi, je savais et je n'aurais rien fait. Je l'aurais eu sur la conscience», a-t-elle ajouté.

En dénonçant son agresseur, elle voulait aussi lancer un message à ses propres enfants. Leur dire que des agressions, c'est inacceptable. Qu'il faut dénoncer de tels gestes, ce qu'elle recommande d’ailleurs de faire aux autres victimes.

«Ça vaut la peine, pour avoir un sac à dos plus léger et pouvoir continuer à vivre avec cette paix qui cherche à revenir», a-t-elle dit.

Le juge a mentionné que Réjean Héon était un jeune adulte de 18 ans au début des agressions. Il ne présentait pas de déviance sexuelle, mais plutôt une immaturité sexuelle.

Réjean Héon n'a pas d'antécédents judiciaires et il n'y a pas eu de récidive, a noté le juge.