/sports/football/rougeetor
Navigation

Dan Basambombo veut «laisser sa marque»

Le secondeur du Rouge et Or mise sur la saison 2018 pour impressionner

Dan Basambombo
Photo Kevin Kolczynski Dan Basambombo veut avoir un plus grand impact en défensive cette année et fera tout pour y parvenir.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | Même s’il n’est âgé que de 20 ans, Dan Basambombo amorce déjà sa troisième année universitaire.

Si cela est monnaie courante en Ontario pour les finissants de l’école secondaire de faire leurs débuts universitaires aussi jeunes, c’est plutôt rare au Québec. « J’étais jeune quand je suis arrivé à Laval et je gagne la confiance des entraîneurs au fil des ans, a raconté le secondeur d’Ottawa. J’ai eu besoin d’un an pour comprendre le système qui est plus développé que ce que j’avais connu à Ottawa. Je suis plus à l’aise et je bouge mieux. « La présente année est très importante pour moi, de poursuivre le secondeur de 227 livres. Je souhaite avoir un plus grand impact en défensive et mon sort est entre mes mains. C’est le temps qu’il se passe quelque chose. Je veux laisser ma marque à Laval. »

Utilisé en défensive pour la première fois l’an dernier, Basambombo a démontré ses qualités athlétiques. Il a vu de l’action comme ailier défensif où il a pu mettre sa vitesse et son explosion à profit. Il a aussi très bien fait sur les unités spéciales.

« Je suis un joueur d’équipe et je me suis bien débrouillé sur le coin de la ligne, a-t-il expliqué, mais on m’a recruté comme secondeur et je suis un secondeur. Les entraîneurs me voient en premier comme un athlète. »

Recrues prometteuses

Marc Fortier a accepté la décision de Basambombo. « Il préfère jouer comme secondeur et on va lui donner l’opportunité, a souligné le coordonnateur défensif de Laval. L’an dernier, il y avait des doutes sur son admissibilité et il a raté la partie présaison. Il a obtenu peu de répétitions et il est tombé en arrière. J’espère qu’il va percer l’alignement parce que c’est un phénomène physique. »

Pour le moment, ça ne se bouscule pas au poste de secondeur intérieur. Le vétéran Marc-Antoine Varin se remet d’une opération à une épaule et on retrouve aussi Christophe Gagné. Le Rouge et Or a toutefois mis la main sur deux recrues intéressantes en Cédric Forbes-Mombleau et Frédéric Pongo. Alec Poirier, Yanis Chihat et Charles-Antoine Beaulieu sont trois autres secondeurs qui ont opté pour le Rouge et Or.

« Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu un recrutement de cette qualité au poste de secondeur, a mentionné Fortier. Dans le passé, on en habillait parfois seulement trois ou quatre parce qu’on n’avait pas le choix, mais là il faudra se casser la tête pour les mettre sur le terrain. Il y en a qui vont rapidement devenir des incontournables sur les unités spéciales. »

Veilleux louangé

Fortier a de bons mots pour le secondeur Jacob Veilleux qui a fait sa niche l’an dernier sur les unités spéciales.

« Ce n’est pas un gars hyper impressionnant comme Frédéric Plesius, mais c’est un très bon joueur qui joue vite, possède de bons instincts et réussit ses plaqués. Il a saisi son opportunité l’an dernier. »

 

De gros souliers à chausser pour les porteurs

ORLANDO | Avec les départs confirmés de Vincent Alarie-Tardif et de Luca Perrier et celui probable de Christopher Amoah, le champ-arrière du Rouge et Or présentera un tout nouveau visage.

En Floride, on ne retrouve que trois porteurs, ce qui permet à Alexis Côté, Vincent Breton-Robert et Philippe Lessard-Vézina de voir beaucoup d’action. « C’est une année importante pour moi, a souligné Côté qui amorce sa 3e saison universitaire. Il y a eu des départs importants et nous aurons de gros souliers à chausser pour remplacer Vincent Alarie-Tardif et Christopher Amoah. Je sens une progression et je veux reprendre où j’ai laissé l’an dernier. »

« Il y a une opportunité qui se présente, mais il n’y a rien de coulé dans le béton, poursuit Côté. Nous sommes trois ici et au moins deux autres vont s’amener en août. Nous avons des styles différents et chacun nos forces. Nous avons besoin de profondeur comme on a pu le voir l’an dernier avec les blessures qui sont survenues. »

De retour en santé après avoir subi une blessure à une cheville lors du premier match des séries éliminatoires, Breton-Robert est satisfait de son camp. « Au lieu de sept porteurs comme l’an dernier, nous sommes trois et de belles occasions se présentent. C’est motivant et il y aura de belles batailles à l’interne. Je progresse et le jeu ralentit devant moi. Ma cheville est revenue à 100 pour cent. »

Opportunités

Doté d’un gabarit plus imposant que ses partenaires, Lessard-Vézina vit son premier camp de printemps. « Nous sommes trois porteurs qui se complètent, a-t-il souligné. Ma compréhension du système est meilleure et le jeu a ralenti devant moi. Ça roule en Floride et il s’agit d’une belle opportunité de se faire valoir. Mon seul objectif est d’être habillé et d’aider l’équipe. »

Au-delà de ces trois porteurs, le Rouge et Or misera aussi sur Joanik Masse, des Faucons de Lévis-Lauzon, et William Lavoie, du Noir et Or de Valleyfield, au camp d’entraînement en août. Ce dernier croyait pouvoir faire le saut dès janvier, mais il doit terminer quelques cours collégiaux par correspondance et devra patienter.

Dans la mire du Rouge et Or, Patrick Charles, des Cheetahs de Vanier, vient de recevoir une offre des Yellow Jackets de Graceland University, formation qui évolue dans la NAIA. Quant à Gloire Muganda, du CNDF, il étudie toujours ses options.