/sports/soccer/impact
Navigation

Impact : spontanéité demandée

Nouvellement arrivé, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, croit que ses joueurs ont déjà bien compris son système de jeu.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Nouvellement arrivé, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, croit que ses joueurs ont déjà bien compris son système de jeu.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Nouvellement arrivé, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, croit que ses joueurs ont déjà bien compris son système de jeu. Après la défaite de 2-1 subie à Vancouver, dimanche, le pilote avance toutefois que le schéma de jeu ne peut pas faire toute la différence.

L’ancien instructeur de l’Olympique lyonnais est d’avis que le plan de match a été bien appliqué en Colombie-Britannique. L’instinct et la créativité ont malgré tout fait défaut, et ils seront primordiaux pour connaître du succès.

«Je crois qu’il faut qu’on soit moins scolaire par moments, a expliqué Garde d’entrée de jeu, jeudi, avant l’entraînement des siens. Je pense que les joueurs ont très bien absorbé un certain nombre d’informations tactiques. Mais le football, c’est aussi un jeu où il faut avoir des initiatives personnelles.»

«Il y a un moment où il faut plus de spontanéité. Il faut de la spontanéité dans l’action plutôt que la réaction. J’aimerais que notre première mi-temps soit moins timide que ce qu’on a montré à Vancouver.»

Un défi d’entrée de jeu

En plus de devoir cimenter un groupe nouvellement formé, Garde doit également faire face à une nouvelle réalité propre à la Major League Soccer (MLS): les clubs doivent parcourir de grandes distances pour visiter certains adversaires, comme ce fut le cas à Vancouver.

Combinés au début de calendrier difficile de l’Impact, qui dispute cinq de ses six premiers duels sur les terrains ennemis, ces déplacements pourraient avoir un impact sur les résultats du club.

L’instructeur, tout comme ses joueurs, refuse toutefois de se plaindre ou de trouver des excuses.

«Ma préoccupation n’est pas tellement là, d’autant plus que je trouve les joueurs remarquables pour ça. Il n’y a pas de plaintes. C’est un fait qu’on ne peut pas contrôler. On est tous sous le même régime dans la MLS. Personnellement, ça ne me dérange pas.»

Son gardien Evan Bush a abondé dans le même sens, poussant même la note un peu plus loin.

«En regardant les dernières années, il semble y avoir deux ou trois équipes qui entament la campagne à l’étranger. Cette année, c’est nous et Washington [D.C United]. L’année passée, c’était Toronto et Atlanta, je crois. Si tu te prépares et commences la saison avec la bonne attitude, ça peut être bénéfique.»

Des prétendants

Contre Columbus, Garde s’attend à un match difficile, samedi. Selon lui, le Crew a misé sur la stabilité au cours des dernières années, ce qui lui a permis de construire une identité.

«C’est un très bon collectif, c’est une très bonne équipe, a analysé le Français. Je crois qu’il se connaît très bien et qu’il évolue ensemble depuis assez longtemps, même si le groupe est régénéré sans être renouvelé chaque année. L’entraîneur est en place depuis longtemps. Je vois une identité et une philosophie de jeu clairement établie.»

Le Crew, qui a vaincu le Toronto FC au compte de 2-0 en Ontario samedi dernier, a par ailleurs impressionné Bush.

«Je ne sais pas si tu peux dire maintenant que Columbus est la meilleure équipe de la ligue, mais ce n’est pas faux de dire qu’il est un prétendant cette année.»

L’Impact sera de passage en Ohio pour y affronter le Crew samedi, à 13 h. Pour l’instant, Garde n’a pas indiqué s’il allait apporter des changements à la formation, se contentant de dire que le nouveau venu Rod Fanni allait être «postulant». La rencontre sera diffusée sur le réseau TVA Sports.