/sacchips/harddrive
Navigation

Non, la musique de ta génération n’est pas meilleure

Non, la musique de ta génération n’est pas meilleure
PMD

Coup d'oeil sur cet article

Souvent, sur les médias sociaux, au travail ou dans les bars, on est témoin de discussions sur la supériorité musicale d’une époque par rapport à une autre.

L’exemple le plus récent? Le rappeur de 21 ans Lil Xan s’est attiré les foudres des internautes en affirmant lors d’une entrevue que Tupac Shakur était «plate».

On peut comprendre que les puristes du genre, ayant grandi avec la musique de Tupac, ont été grandement offensés par les propos de Lil Xan. D’un autre côté, on peut aussi comprendre qu’un rappeur né une semaine jour pour jour avant la mort de Tupac n'ait jamais connecté avec sa musique.

Chez Disque dur, nous ne sommes pas étrangers aux «scandales» du genre. Un des auteurs de cet article, né cinq ans après la sortie de Moving Pictures de Rush, avait reçu d'innombrables courriels de haine après avoir qualifié le trio canadien d’«ordinaire».

 

Il n’est pas rare d’entendre les plus vieux ou les plus jeunes dénigrer la musique de l’autre génération. On peut comprendre le sentiment d’appartenance, le lien de proximité.

Comme le rappelait pertinemment le chroniqueur Benoît Lelièvre dans Urbania : «On forge inévitablement un lien émotif avec les chansons qui nous ont accompagnées pendant nos années formatrices.»

Alors, qui a raison? Quelle génération a produit la meilleure musique?

Aucune.

Car, souvent, pour prouver que la musique de «leur» génération est supérieure, bien des fans finis comparent des kiwis avec des pommes.

Par exemple, les plus âgés comparent souvent le pire de la musique actuelle avec les gros bands de leur époque à eux.

«Dans notre temps on avait Led Zeppelin... pis à c’t’heure, les jeunes sont pognés avec Justin Bieber....» 

Ben oui.

Le problème avec cet énoncé est qu’en 1971, lorsque Led Zeppelin était à son apogée, Donny Osmond l’était aussi, atteignant le sommet des palmarès avec son single Go Away Little Girl (Led Zeppelin n’a jamais eu de single numéro 1).

On vous laisse du temps pour aller sur Youtube voir qui est Donny Osmond. Ne nous remerciez pas.

Et de toutes façons, on trouve encore d’excellents groupes contemporains de hard rock, southern rock, metal, etc. Vous voulez des noms? The Sheepdogs, Wolfmother, Alabama Shakes. 

Et Greta Van Fleet? Ils copient autant Led Zeppelin que Jimmy Page copiait les bluesmen.

Autant les généralisations sur les milléniaux peuvent irriter (en passant les jeunes, vos généralisations sur les boomers sont aussi stupides), autant les grandes déclarations du genre «la musique était ben meilleure dans not’ temps» sont lourdes. Et fausses.

Chaque génération a ses propres référents. Il serait naïf de croire qu’un jeune né après le 11 septembre puisse saisir toutes les nuances d’une chanson évoquant la vie durant la guerre du Viet-Nam.

Comme il est sans doute difficile pour la génération d’après-guerre de comprendre les relations modernes au temps du numérique.

Hotline Bling est très loin de I Want to Hold your Hand.

Et il est important de souligner ici que ce comportement ne se limite pas aux boomers et aux milléniaux. Les X aussi peuvent être fatigants avec la musique des années 80 ou le grunge.

Et même les boomers dans leur jeune temps se faisaient dire par leurs aînés qu’ils devraient écouter de la belle musique comme Perry Como plutôt que le criage des Beatles et des Stones.

La seule conclusion que l’on peut tirer est que ce débat n’est pas prêt de se régler.

On peut imaginer dans 25 ans un millénial avec des tatous dans la face en train de sermonner son ado pour l’inciter à écouter de la belle musique comme Young Thug ou Lil Pump.

Peut-être que cette confrontation intergénérationnelle semble futile et éternelle. Mais elle peut suprennement s’avérer bénéfique si les antagonistes décident de s’ouvrir sur la discothèque de l’autre et se laisser aller à la découverte.

On peut toujours rêver.