/entertainment/tv
Navigation

Une percée «exceptionnelle»: les Québécois plus présents que jamais à la télé canadienne-anglaise

Une percée «exceptionnelle»: les Québécois plus présents que jamais à la télé canadienne-anglaise
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les prix Écrans pourraient venir couronner une année sans précédent pour Karine Vanasse, Caroline Dhavernas et tous les Québécois au petit écran canadien-anglais ce week-end. Une percée qualifiée d’« exceptionnelle » par Beth Janson, la directrice générale de l’Académie.

Les représentants du fleurdelisé font habituellement bonne figure aux prix Écrans canadiens en cinéma. En télévision, par contre, c’est une autre histoire. Réservé aux séries anglophones, ce volet du gala récompense rarement la Belle Province. Mais l’abondance de finalistes québécois pourrait changer la donne dimanche à Toronto.

Côté interprétation, Karine Vanasse (Cardinal) et Maxim Roy (Bad Blood) se disputeront le prix du Meilleur premier rôle féminin dans une minisérie dramatique. Pour sa part, Caroline Dhavernas pourrait être sacrée Meilleure actrice dans une série dramatique pour Mary Kills People. Chez les rôles de soutien, Suzanne Clément s’illustre grâce à Versailles et Benz Antoine grâce à 19-2.

Ailleurs, on note la présence de Geneviève Simard et Normand Daneau (textes de The Disappearance) et Podz (réalisation de Cardinal).

« C’est bien de voir des Québécois embrasser le côté anglophone de notre industrie tout en continuant à mener leur carrière en français, commente Beth Janson en entrevue au Journal. C’est un tournant très remarqué. C’est un changement très positif. »

Tracey Deer (réalisation de Mohawk Girls) et Jacob Tierney (réalisation et textes de Letterkenny) sont également en lice.

Dans la mire

Plusieurs raisons peuvent expliquer la présence de Québécois aux génériques de séries canadiennes-anglaises. L’intérêt marqué du ROC (rest of Canada) pour les remakes de séries francophones fait certainement partie du lot, souligne Beth Janson, qui mentionne qu’après 19-2 et Nouvelle adresse, d’autres verront le jour.

« De plus en plus de genres se tournent vers la télé québécoise, qui récolte beaucoup de succès dans son marché, ajoute Mme Janson. La coopération qu’on observe profite au Canada anglais. »

Cette percée québécoise survient au moment où – comme l’observent plusieurs médias nationaux – la télévision canadienne connaît une renaissance côté créatif. Beth Janson parle même d’« âge d’or ».

« Les changements qui bouleversent notre industrie rendent plusieurs personnes nerveuses parce qu’ils bousculent également nos façons de faire, mais ils stimulent aussi l’expérimentation. Ils permettent à de nouvelles voix d’essayer de nouvelles choses. Les plus jeunes générations sont fières de leur héritage. Elles n’hésitent pas à produire du contenu très local. Leur impact est indéniable. »


♦ Les prix Écrans canadiens seront diffusés dimanche à 20 h à CBC.


♦ Maxim Roy, Caroline Dhavernas et Benz Antoine ont confirmé leur présence au gala. Actuellement en France, Suzanne Clément n’y sera pas. Enceinte, Karine Vanasse sera également absente parce qu’elle doit accoucher bientôt, nous confirme son agente.