/sports/football/rougeetor
Navigation

Des surprises au camp floridien du Rouge et Or

Plusieurs athlètes ont profité de l’absence de joueurs de premier plan pour s’imposer et impressionner

Marc-Antoine Pivin, Rouge et Or
Photo collaboration spéciale, Kevin Kolczynski L’ailier espacé Marc-Antoine Pivin (à gauche) est l’un de ceux qui ont profité du camp printanier en Floride pour se mettre en valeur.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | Quelques joueurs ont retenu l’attention au cours du camp de printemps du Rouge et Or de l’Université Laval qui vient de prendre fin.

Christian Dallaire est du nombre. Parce que le partant Étienne Moisan se préparait pour le camp national de la LCF, le Beauceron a profité de l’opportunité pour se mettre en évidence. Utilisé comme quart-arrière et ailier espacé depuis son arrivée à Laval, il évoluera dorénavant comme demi inséré.

« Parce que Christian comprend très bien ce qu’on fait, il peut jouer partout, mais c’est un meilleur demi inséré qu’un ailier espacé, a expliqué le coordonnateur offensif Justin Éthier. Comme demi inséré, il peut profiter de son explosion en frappant la ligne de mêlée en mouvement et il sera en meilleure position pour batailler pour un poste de partant. Il a connu un excellent camp. Mathieu Robitaille a aussi bien fait à la même position. »

Bon camp pour Pivin

De retour après sa commotion cérébrale subie à la Coupe Vanier, l’ailier espacé Marc-Antoine Pivin a ravi Éthier. « Marc-Antoine a connu un camp incroyable, a-t-il louangé. En plus de bien faire, il a pris sous son aile Hugo Dupuis qui a connu une belle progression. Benoît [Gagnon-Brousseau] a fait la même chose avec Antoine Dansereau-Leclerc. Ça ne paraissait pas qu’Antoine est une recrue. Sa compréhension était très bonne et il a vraiment bien fait. En plus, c’est un très bon retourneur. Il va avoir une grosse compétition à la position de receveur. »

Autres points positifs aux yeux d’Éthier, c’est le temps de jeu accru qu’ont pu obtenir les quarts-arrière Samuel Chénard et David Pelletier ainsi que les porteurs de ballon Alexis Côté, Vincent Breton-Robert et Philippe Lessard-Vézina. « Le volume est réduit au fil des ans en Floride et c’est difficile pour les quarts-arrière. Ce fut très positif. Il y a eu des interceptions, mais nous affrontons de bons demis défensifs. Je ne commencerai pas à m’inquiéter là. David est plus jeune, il doit travailler sur des points techniques et il a eu des moments difficiles, mais son attitude était solide. Il n’a pas été ébranlé. »

« Les porteurs ont échangé leurs bonnes journées, de poursuivre Éthier. Alexis ramassait les miettes l’an dernier et c’est une situation difficile. Alexis et Vincent sont de bons petits receveurs et ils ont réussi des attrapées dans le 12 contre 12, mercredi, qu’on n’aurait pas eu dans le passé. Ce n’était pas la force de Vincent [Alarie-Tardif] et de Christopher [Amoah] de capter des passes même s’ils ont progressé au fil des ans. »

Constantin satisfait

Le Rouge et Or ne comptait que deux recrues en offensive en Floride. En plus de l’ailier espacé Dansereau-Leclerc, on retrouvait le bloqueur Jean-Philippe Pépin. « Ça allait vite au début et c’est normal, mais il sera dans la lutte pour un poste. Kétel [Assé] et Nicolas [Thibodeau] ont aussi bien fait. »

Glen Constantin a aimé ce qu’il a vu. « Ce fut un camp productif et sans blessures, a souligné le pilote de Laval. Certains se sont affirmés dans un rôle plus important et nous avons pu insérer de nouveaux jeux. »

La défensive a su se démarquer

Comme ce fut le cas en offensive, des joueurs ont campé des rôles plus importants qu’à l’habitude en défensive.

Alexandre Gagnon est l’un de ceux-là. À son premier camp de printemps, le joueur de deuxième année a évolué comme ailier défensif et plaqueur. « Il a eu des répétitions en masse, a souligné le coordonnateur défensif Marc Fortier. Ce ne fut pas facile pour Alex l’an dernier parce qu’il voulait tellement bien faire. Au cours du camp, il nous a montré qu’il peut jouer comme ailier et plaqueur. »

Recrue par excellence au Québec en 2017 et partant une bonne partie de la saison en raison de la blessure à Cédric Lussier-Roy, le secondeur Kean Harelimana a capté l’attention de Fortier. « Kean s’est grandement amélioré pour mettre de la pression sur le quart-arrière, a-t-il affirmé. C’est un bon athlète, mais il était timide l’an dernier. On veut profiter davantage de ses qualités athlétiques. Il comprend bien ce qu’on fait. »

« Chez les secondeurs, Christophe Gagné a pris confiance, Jacob Veilleux a bien fait et Victor Lecompte a montré de belles choses, mais Dan Basambombo pourrait être la carte cachée, de poursuivre Fortier. À 18 ans, c’était une grosse affaire de quitter sa famille à Ottawa et d’habiter en appartement. Il est motivé, il veut bien faire et il veut rester ici. »

Fortier prévoit toute une bataille au camp en août au poste de demi de coin. « On va avoir un beau casse-tête. Les cinq peuvent jouer et on n’en habillera pas cinq. Il y aura peut-être des changements de position. On misera sur une ligne tertiaire de vétérans. »

Pas un robot

Aux cinq demis de coin présents à Orlando, il faut ajouter Émile Chênevert qui a fait le voyage, mais qui était limité dans sa participation après avoir été opéré à une épaule.

L’absence de Gabriel Ouellet qui a participé au camp régional de l’Est a aussi permis à d’autres de voir plus de terrain comme demi défensif du côté court.

« Alexandre Lebreton est un bon joueur de football et un joueur intelligent, a indiqué Fortier. On ne veut pas qu’il joue comme un robot, mais il devra être plus discipliné dans ses assignations. On l’a aussi utilisé comme maraudeur. La recrue Maxym Lavallée a assimilé les choses rapidement. »