/weekend
Navigation

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo d'archives, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Quel est votre récent coup de cœur littéraire ?

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo courtoisie

Je viens de terminer la lecture du livre de science-fiction Station Eleven de la romancière canadienne-anglaise Emily St. John Mandel. L’histoire est campée dans un univers postapocalyptique après qu’une pandémie a décimé 99 % de la population. Tout est à refaire. On y découvre la véritable nature de l’humain. Même si nous sommes dans la survie, l’art y est aussi bien présent. Ce roman permet une belle prise de conscience et une grande réflexion, avec une certaine nostalgie. Cela nous amène à apprécier les choses de la vie, souvent banales, auxquelles on ne portait plus attention. C’est un roman magnifique que je recommande à tous !

Quel film avez-vous particulièrement apprécié ?

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo d'archives, IMDB

J’ai été renversé par The Square, qui a remporté la Palme d’or au Festival de Cannes l’année dernière. Pour moi, ce film est l’équilibre parfait entre le réalisme, le symbolique et le poétique. Ce genre de film me fait à la fois rêver et réfléchir. Il touche le cœur et l’esprit. En plus, on y trouve un genre d’humour un peu ironique qui m’amuse beaucoup. Les acteurs sont formidables et c’est magnifiquement bien écrit. Ce film m’est demeuré en tête plusieurs jours plus tard, car on y retrouve une certaine profondeur. C’est une très grande réussite !

Quel est le spectacle que vous ne voulez pas manquer ?

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo courtoisie, Jan-Versweyveld

Je tiens à voir le spectacle Kings of War, qui sera présenté dans le cadre du Festival TransAmériques. Cette trilogie shakespearienne est adaptée par le metteur en scène belge Ivo van Hove, qui en fait une version très moderne. J’ai d’ailleurs déjà acheté mes billets pour le 25 mai, car je ne veux absolument pas le manquer. La pièce fait 4 h 30 et est présentée au Théâtre Denise-Pelletier. Sinon, tous les spectacles du FTA m’interpellent.

Quelle série télé prenez-vous plaisir à suivre ?

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo courtoisie

J’aime regarder les séries étrangères pour mon travail, afin de constater ce qui se fait ailleurs. C’est, en quelque sorte, une forme de recherche. En ce moment, j’aime la série télé allemande Babylon Berlin, qui est exceptionnelle. Elle est tirée de romans policiers de Volker Kutscher. Il s’agit de la série la plus coûteuse produite en Allemagne. Le scénario est campé dans le Berlin des années 1920, avant le IIIe Reich. On y découvre un aspect historique intéressant. La série est en allemand, sous-titrée en anglais. Les acteurs que l’on ne connaît pas sont extraordinaires. C’est une série magnifique !

Qui, dans le milieu artistique, suscite votre admiration ?

Le week-end culturel de Vincent-Guillaume Otis
Photo courtoisie, Maxime Leduc

J’ai beaucoup d’admiration pour Claude Poissant, tant comme acteur que comme metteur en scène. Principalement pour son intégrité artistique. C’est quelqu’un qui se soucie de l’avenir du théâtre, tant pour les artistes que pour les spectateurs. J’aime particulièrement sa signature artistique en tant que metteur en scène. Il est très inspirant.

On suit Vincent-Guillaume Otis

  • Le comédien est de la distribution de la série dramatique District 31.
  • Également au petit écran, on peut le suivre dans la série télévisée Ruptures. Il tournera cet été la 4e saison.
  • Le comédien est aussi porte-parole de la 30e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, une cause qui lui tient beaucoup à cœur et qu’il parraine depuis maintenant 9 ans. Cette semaine de sensibilisation se tiendra du 11 au 17 mars.