/sports/football
Navigation

NFL: joueurs autonomes convoités

Kirk Cousins
Photo AFP Kirk Cousins

Coup d'oeil sur cet article

À vos chronos ! Mercredi, 16 h, la saison des agents libres se mettra officiellement en branle. Même que dès demain, une fenêtre légale de 48 h pour négocier sera ouverte. La présente cuvée s’annonce relevée à plusieurs positions. Le Journal vous propose aujourd’hui les principaux noms à surveiller à l’offensive, avant de tracer le portrait de la défensive, demain.

 

Les quarts-arrière

Kirk Cousins | 29 ans

Il est extrêmement rare de voir un quart-arrière aussi productif se retrouver sur le marché des agents libres. Avec les Redskins, en trois saisons complètes, il a passé en moyenne pour 4392 verges avec 27 touchés et 12 interceptions par année. Il n’élève pas forcément les joueurs autour de lui, mais bien entouré, il peut faire des ravages.


Drew Brees | 39 ans

Il serait infiniment étonnant que le vétéran n’en vienne pas à une entente à court terme avec les Saints pour terminer sa carrière à La Nouvelle-Orléans. Maintenant qu’il est enfin appuyé par un jeu au sol dominant et une défensive prometteuse, le contexte est trop parfait pour lever les voiles.


Case Keenum | 30 ans

Le quart des Vikings a connu une saison inespérée qui le rendra riche, grâce à 22 touchés et 3547 verges en 15 matchs, lui qui n’était qu’une arrière-pensée comme solution de rechange.

Il a démontré du cran et son talent a éclos avec de bons receveurs et un jeu au sol efficace. Est-il le vétéran réserviste qu’il a toujours été ou l’étonnant partant de la saison passée ? C’est la question à 18 millions...


Teddy Bridgewater | 25 ans

C’est le grand dilemme de cette cuvée chez les quarts-arrière. Choix de première ronde en 2014, il a montré un beau potentiel à ses deux premières saisons avant qu’une grave blessure au genou le relègue sur la touche depuis deux ans. Peut-il revenir en force et tenir le coup ? Le maigre échantillon de matchs joués convaincra-t-il une équipe ?


AJ McCarron | 27 ans

L’ancien de l’Alabama a rongé son frein pendant quatre saisons derrière l’erratique Andy Dalton, à Cincinnati. Lors d’un bref passage comme partant en 2015, il a toutefois fait écarquiller bien des yeux avec six touchés et deux interceptions. Hue Jackson, actuel pilote des Browns, l’a adoré comme coordonnateur offensif à Cincinnati et pourrait le recruter.

 

Les porteurs de ballon

Carlos Hyde | 27 ans

Entre les blessures et les dernières années pénibles à San Francisco, Hyde n’a toujours pas joué à la hauteur de son plein potentiel. Son gabarit lui permet de jouer un style physique et, pour la première fois la saison dernière, il a aussi été un facteur dans le jeu aérien avec 59 réceptions. Avec une offre raisonnable, il représente une belle valeur.


Dion Lewis | 27 ans

La carrière de Lewis a pris son envol sur le tard avec les Patriots, mais il a enfin disputé une saison complète cette année, récoltant 896 verges au sol et 214 par la passe, avec un total de neuf touchés. Il est l’homme à tout faire, mais idéalement utilisé au sein d’un comité pour épargner son petit gabarit. Difficile de trouver un meilleur « fit » que là où il est présentement.


Jeremy Hill | 25 ans

Après une excellente saison recrue en 2014 (1124 verges), Hill s’est fait oublier dans le champ arrière bien nanti des Bengals. Il n’a pas fait mieux qu’une moyenne de 3,8 verges par portée dans les trois dernières années. Cependant, il n’est âgé que de 25 ans et peut offrir une dimension physique à une offensive qui recherche ce trait.


Doug Martin | 29 ans

Quelle carrière en montagnes russes que celle de Martin ! Le porteur a été sensationnel à son année recrue à Tampa, avant de s’évanouir pendant deux ans et de revenir en force en 2015. Depuis, les blessures et l’inconstance ont fait grandement chuter sa valeur. Le talent est assurément là, mais il avance en âge et la fiabilité n’est plus au rendez-vous.


Demarco Murray | 30 ans

L’émergence de Derrick Henry a rendu le vétéran DeMarco Murray superflu. Celui-ci a couru pour 1287 verges il y a deux ans, mais la saison dernière, il a peu produit. Murray a 30 ans, soit le mur typique chez les porteurs, mais n’a porté le ballon plus de 250 fois en une saison à seulement deux reprises. Il reste peut-être encore un peu de jus.

 

Les receveurs

Sammy Watkins | 24 ans

Les avis sont toujours aussi partagés sur Watkins. Il n’a assurément pas répondu aux attentes très élevées à son sujet à ce jour, mais n’a que 24 ans. À sa première saison avec les Rams, la chimie n’a pas opéré à souhait avec Jared Goff, sauf dans la zone des buts. Watkins revendique en effet huit touchés sur seulement 39 réceptions. Les receveurs aussi verticaux attirent toujours leur lot de preneurs.


Danny Amendola | 32 ans

Le receveur des Patriots a connu une bonne saison avec 61 réceptions, mais il a profité de l’absence de Julian Edelman pour s’affirmer. À 32 ans, ses plus beaux jours sont logiquement derrière lui. Il devra aussi prouver, si les Patriots ne lui proposent pas une offre, qu’il peut pleinement s’épanouir en dehors du système géré par Tom Brady.


Allen Robinson | 24 ans

En santé, Robinson a prouvé qu’il peut être dominant, lui qui a inscrit un total de 20 touchés en 2015 et 2016. Une blessure au genou a mis fin à sa saison dès le premier match l’automne dernier, mais il a eu amplement le temps de récupérer et est encore dans la fleur de l’âge. Les Jaguars aimeraient le garder en ville, mais n’ont pas une tonne d’argent disponible sous le cap salarial.


Jimmy Graham (ailier rapproché) | 31 ans

À 31 ans, Graham a démontré qu’il figurait encore parmi les bons ailiers rapprochés du circuit avec 10 touchés la saison dernière à Seattle. Il serait captivant d’assister à une réunion avec les Saints. Drew Brees se cherche un ailier rapproché dominant depuis 2015, quand ce même Graham avait été échangé aux Seahawks.


Tyler Eifert (ailier rapproché) | 27 ans

Le problème avec Eifert n’en est pas un de talent. En 2015, il a inscrit 13 touchés en autant de matchs. Lors des deux dernières saisons réunies, il n’a toutefois disputé que 10 matchs. En 2014, il avait aussi raté 15 matchs. C’est donc une feuille de route intéressante, mais ponctuée de blessures. Un risque à prendre, mais sans trop dépenser.

 

Les joueurs de ligne offensive

Nate Solder (Bloqueur) | 29 ans

Si vraiment Solder souhaite remplir son compte en banque plutôt que de rester avec les Patriots, il est l’un des rares bloqueurs à gauche de renom sur le marché. Solder n’est pas parfait, mais il figure encore parmi les grosses pointures et mis à part la saison 2015, il a affiché une belle durabilité. Il devrait toucher un gros contrat.


Andrew Norwell (Garde) | 26 ans

Norwell a trouvé le parfait moment pour réellement s’illustrer, à son année de contrat. Pas qu’il était mauvais auparavant, mais en 2017, le site analytique Pro Football Focus l’a évalué comme l’un des meilleurs gardes du circuit. À 26 ans, il risque de devenir l’un des joueurs de ligne offensive les mieux payés de la ligue.


Jack Mewhort (Garde) | 27 ans

Le garde semblait une valeur sûre pour les Colts à ses deux premières saisons, mais depuis, les blessures l’ont forcé à prendre part à seulement 15 matchs en deux ans. Sans ce point d’interrogation concernant sa durabilité, les Colts ne peuvent se permettre de se priver de lui. Avec Andrew Luck qui vise un retour au jeu, il faut impérativement le protéger.


Josh Sitton (Garde) | 31 ans

Sitton a connu une carrière prolifique avec les Packers. Il a ensuite tenu honorablement son bout avec les Bears depuis deux ans et représente l’une des raisons de l’éclosion de leur jeu au sol. Cependant, il a raté six matchs lors de ces deux années et plusieurs se demandent si son corps commence à tomber en ruines.


Weston Richburg (Centre) | 26 ans

Victime d’une commotion, Richburg a raté 12 matchs la saison dernière, ce qui pourrait inquiéter certaines équipes. Sans être un centre dominant, il a démontré qu’il pouvait être un partant de qualité et les centres efficaces ne courent jamais les rues sur le marché des agents libres. Il avait connu une superbe deuxième saison en 2015.

 

AUTRES NOMS À SURVEILLER...

Chaque année, pendant que les gros noms volent les manchettes sur le marché des agents libres, quelques trouvailles à bas prix se révèlent d’excellents contributeurs. Voici quelques aubaines potentielles.

Trey Burton

Eagles, 26 ans

L’ailier rapproché embauché comme agent libre par les Eagles, en 2014, a très bien fait malgré un temps de jeu minimal derrière Zach Ertz. Il risque d’exploser.


Jerrick McKinnon

Vikings, 25 ans

Coincé derrière la compétition au Minnesota, McKinnon est un porteur dynamique qui est déployé à la fois au sol et par la passe, un dynamisme de plus en plus recherché.


Darren Sproles

Eagles, 34 ans

Le vétéran porteur/retourneur de bottés a raté la dernière saison, mais pourrait rebondir. Il n’a rien d’un jeune poulet, mais sa polyvalence permet d’être créatif.


Terrelle Pryor

Redskins, 28 ans

Le mariage avec les Redskins a été bref et raté, mais il a montré du potentiel comme receveur à Cleveland auparavant. À prix raisonnable, son talent pourrait récompenser.


John Brown

Cardinals, 27 ans

Voilà un autre receveur pour lequel il ne faut pas faire sauter la banque, mais on oublie vite qu’il a franchi le cap des 1000 verges en 2015...


Paul Richardson

Seahawks, 25 ans

Souvent ennuyé par les blessures ou simplement ignoré, le petit missile de receveur a connu de bons moments, en 2017, avec 703 verges et six touchés, à Seattle.