/news/currentevents
Navigation

Profilage racial: une policière de Longueuil reçoit un blâme

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Une policière de Longueuil a reçu un blâme de la part du Comité de déontologie policière pour une intervention menée en 2010 et s’apparentant à du profilage racial.

La décision du Comité, rendue le 28 février dernier, s’appuie sur un jugement de la Cour du Québec, qui soulignait que l’agente Mélanie Cappuccilli, du Service de police de l’agglomération de Longueuil, avait interpellé et «détenu illégalement» Sekou Kaba, d’origine guinéenne, soupçonnant que son véhicule pourrait être volé. La Cour avait toutefois jugé que «l’infraction commise ne démontre pas que la policière ait agi de mauvaise foi», laissant le soin au Comité de déontologie de fixer sa sentence.

Cependant, ni la Cour, ni le Comité de déontologie se penchaient sur des propos racistes que la policière aurait prononcés. Selon ce qu’a rapporté le Montreal Gazette, Mme Cappuccilli aurait qualifié Kaba et son neveu de 18 ans de «deux magnifiques individus de race noire» et leur aurait dit, lorsque M. Kaba lui a demandé s’il avait commis une infraction, «non, mais vous êtes deux hommes noirs dans une voiture de luxe qui n’est pas immatriculée à votre nom».

Le 30 mars 2010, l’agente Cappuccilli avait interpellé M. Kaba alors qu’il circulait à bord du Toyota Highlander immatriculé au nom de sa conjointe. La policière, qui avait moins d’un an de service, avait reçu la consigne de surveiller ce type de véhicule en raison d’une vague de vols de voitures.

L’homme avait refusé de s’identifier lorsque l’agente Cappuccilli lui avait assuré qu’il n’avait commis aucune infraction, et l’avait traitée de raciste, tout en l’informant que le véhicule appartenait à sa conjointe. La policière avait ensuite demandé du renfort et M. Kaba avait fini par s’identifier, confirmant qu’il avait la même adresse que la propriétaire du véhicule.