/weekend
Navigation

Un père perdu et dépassé par la situation

Fugueuse
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Claude Legault a volontairement évité de faire de longues recherches sur l’exploitation sexuelle dans son travail de préparation pour jouer le rôle du père de Fanny dans la série Fugueuse. « Je voulais être un pauvre gars, perdu devant une situation qu’il ne connaît pas », a-t-il révélé.

« J’avais vraiment envie de me laisser prendre par les textes et comment Laurent se fait surprendre par cette situation. Il ne connaît pas ça, il n’est pas renseigné sur ça et il ne s’attend pas du tout à ce que ça lui arrive dans sa vie », a indiqué le comédien lors d’un entretien.

Claude Legault était un peu, comme tout le monde, au courant de ce triste phénomène, médiatisé au cours des dernières années.

« C’est un sujet d’actualité qui aborde un vrai problème qu’on a, autant au Québec que dans presque tous les pays. On l’a ici et on s’en rend pas mal plus compte depuis deux ans. On dirait qu’il y a beaucoup de fugueuses qui tombent entre les mains de ces trous de cul là », a-t-il laissé tomber.

Le comédien avoue ne pas avoir lu, volontairement, toute la ­documentation étoffée fournie par l’auteure Michelle Allen.

« Je ne l’ai pas fait parce que je n’avais pas envie d’en connaître trop. C’est de cette façon que j’ai abordé le personnage de Laurent », a-t-il dit.

Un divertissement

Approché par le réalisateur Éric Tessier pour jouer ce père de famille, entraîneur d’aviron strict et très rigide, Claude Legault a lu le ­synopsis, ­l’histoire et les textes de quelques épisodes.

« J’aimais beaucoup la portée de la chose. J’avais toutefois un problème d’horaire à ce moment-là et je ne savais pas si je pouvais être disponible pour le tournage », a-t-il raconté.

Conscient que la production avait des délais serrés à respecter, il a dit au réalisateur de prendre sa ­décision et qu’ils pourraient se reprendre, plus tard, pour travailler ensemble sur un projet commun.

« Ils ont décidé de me laisser un autre mois et j’ai pu me libérer. J’étais très content », a-t-il fait remarquer.

Claude Legault souhaitait, avec ce projet, faire partie de quelque chose qui avait des chances de faire bouger les choses, précisant que Fugueuse est aussi un divertissement dramatique de télévision.

« Je sentais qu’on avait une responsabilité de faire ça comme du monde, de ne pas être à côté de la track et de ne pas faire ça trop crémeux ou trop mélodramatique. Le couloir pour travailler était mince et j’aime lorsque c’est délicat comme ça », a-t-il mentionné.

Le message à Fanny

Le comédien indique que plonger dans la peau d’un personnage est un travail qui n’est jamais facile.

« C’est du travail difficile, mais agréable. J’aime ça quand c’est compliqué. On savait qu’on avait quelque chose de gros dans les mains, qu’il fallait être rigoureux et nous étions conscients qu’il ne fallaitpas l’échapper », a-t-il dit.

Une des scènes fortes de Claude Legault a été celle où Laurent enregistre un message à sa fille pour le mettre en ligne sur les réseaux sociaux.

« Ce fut une des scènes les plus agréables à faire. J’appelle ça des matchs de séries éliminatoires. Il n’y a pas beaucoup d’espace et il faut que tu travailles fort. Tu ne peux pas être faux et il ne faut pas que tu penses à trop faire d’effets », a-t-il expliqué.

Avant de jouer cette scène puissante, le comédien a écouté la chanson Mistral Gagnant de Renaud dans ses écouteurs. Une pièce où le chanteur fait référence à l’enfance de sa fille qui, une fois passée, devient irrécupérable

« Ça me mettait dans l’ambiance d’imaginer Fanny quand elle était petite et que là, je venais tout à coup de la perdre. Je nourrissais mes batteries tristes comme ça pour que j’aille pas de misère, après, à jouer cette difficulté. À dire le texte, parce que j’avais déjà un “motton” pris dans la gorge », a-t-il indiqué.


Le 10e et dernier épisode de la série Fugueuse sera diffusé lundi 21 h sur les ondes de TVA.