/finance/business
Navigation

Les employés de Molson entérinent l'offre patronale

Les employés de Molson entérinent l'offre patronale
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les employés de Molson ont finalement accepté, dans une proportion de 55 %, l'offre finale de la partie patronale, dimanche, après avoir refusé deux propositions ces dernières semaines.

En tout, quelque 438 employés sur les 550 représentés par le syndicat des Teamsters se sont déplacés pour entériner l'entente. Les employés syndiqués, qui travaillent majoritairement dans les secteurs de la livraison et de l'embouteillage, avaient auparavant refusé à 57 % et 52 % des offres de leur employeur. Les employés s'étaient aussi dotés d'un mandat de grève le 25 février.

Les détails de l'entente n'ont pas été dévoilés par le syndicat, qui a mentionné que les principaux points de litige concernaient «le régime de retraite, les assurances collectives et les salaires».

Malgré cette entente, les syndiqués ont affirmé être inquiets par le déménagement prochain de l'usine d'embouteillage de Molson, qui quittera son site historique de la rue Notre-Dame, à Montréal, pour s'établir près de l'aéroport de Saint-Hubert, à Longueuil.

«Les syndiqués craignent que Molson mette fin à la production de bouteilles brunes, ce contenant nettement plus écologique que les canettes qui contribue au maintien de centaines d'emplois de qualité», a expliqué le syndicat dans un communiqué, tout en soulignant que le «virage canette» a entraîné des dizaines de pertes d'emplois ces dernières années.

La semaine dernière, le directeur des affaires corporatives, Québec et Atlantique de Molson Coors, François Lefebvre, avait indiqué au «Journal de Montréal» que l'entreprise se tenait prête à faire face à une grève de ses employés.

M. Lefebvre avait aussi indiqué être déçu que seulement 66 % des employés syndiqués eussent participé au précédent vote sur la convention collective.