/news/society
Navigation

Protection des baleines noires: Québec demande à Ottawa de devancer l’ouverture de la pêche au crabe des neiges

Protection des baleines noires: Québec demande à Ottawa de devancer l’ouverture de la pêche au crabe des neiges
Photo d'archives ÉMY-JANE DÉRY

Coup d'oeil sur cet article

L’ouverture de la pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent ce printemps devrait être devancée par Ottawa, a demandé le gouvernement du Québec, afin d’éviter les inconvénients imposés par le fédéral pour protéger les baleines noires.

«La pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe est soumise à des quotas individuels. Une ouverture le 10 avril ne serait pas préjudiciable aux pêcheurs des autres provinces, mais elle permettrait à l'industrie de mener ses activités sans nuire aux baleines», a affirmé Laurent Lessard, ministre des Pêcheries du Québec par communiqué, dimanche.

Le ministre a précisé que cette requête transmise dans une lettre adressée mardi dernier à son homologue fédéral, Dominic Leblanc, qui envisageait d’ailleurs cette mesure.

En plus d’une ouverture hâtive, le ministre Lessard soutient qu’il «serait également opportun d'autoriser l'utilisation de 175 casiers pour permettre une pêche plus rapide». Ces mesures n’augmenteraient pas le nombre de crabes pêchés, mais elles permettraient d’éviter que des cages avec des cordes se retrouvent à l’eau lorsque les baleines noires reviendront dans le golfe du Saint-Laurent au printemps.

Le ministre, qui dit avoir l’appui de l’industrie, espère que le gouvernement Trudeau acquiescera rapidement à sa demande.

En janvier, Ottawa a imposé quatre nouvelles mesures aux pêcheurs pour éviter la répétition de l’hécatombe de l’an dernier, lorsque 12 baleines noires ont été retrouvées mortes, dont plusieurs en raison d’empêtrement dans des engins de pêche.

Les pêcheurs devront donc réduire la quantité de cordes qui flottent à la surface de l’eau. Reliant un casier de crabe à une bouée principale, ces cordes devront maintenant être lestées afin de pendre à la verticale dans l’eau. Les pêcheurs seront également tenus de mettre un nouveau marquage de couleur sur leur équipement en fonction de leur secteur d’activité, et d’inscrire un numéro sur chacune de leurs bouées. Cela vise à mieux identifier les zones où se produisent les empêtrements, car les baleines peuvent traîner le matériel de pêche sur des centaines de kilomètres. Tout équipement de pêche perdu, ainsi que sa dernière position connue, devra aussi être rapporté.

Par ailleurs, la limite de vitesse imposée aux navires l’année dernière dans l’ouest du golfe devrait être à nouveau mise en place en 2018.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce protégée au Canada en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Il ne reste qu’environ 450 spécimens dans le monde.