/news/provincial
Navigation

Bande cyclable sur la 3e avenue: la grogne prend de l’ampleur

Le prolongement d’une bande cyclable à Limoilou ne plaît pas aux commerçants

La bande cyclable entraînerait la disparition de tous les espaces de  stationnement du côté ouest de la 3e Avenue.
Photo Jean-François Racine La bande cyclable entraînerait la disparition de tous les espaces de stationnement du côté ouest de la 3e Avenue.

Coup d'oeil sur cet article

La grogne prend de l’ampleur parmi les commerçants de la 3e Avenue, dans le quartier Limoilou, qui craignent la perte des espaces de stationnement en raison du projet de prolongement d’une bande cyclable.

Dans le tracé actuel, la bande cyclable s’étire entre la 1re et la 12e Rue, mais la Ville de Québec veut la prolonger en interdisant le stationnement du côté ouest jusqu’à la 19e Rue. Près d’une dizaine de commerces de proximité ont pignon sur rue dans cette zone mixte.

« Quand tu sors avec de gros matériaux, du gypse ou de la peinture, tu ne circules pas à pied », explique Dominic Poulin, de la quincaillerie RONA Limoilou. Mécontent, ce dernier espère que le plan sera modifié.

Dominic Poulin, propriétaire de la quincaillerie RONA Limoilou.
Photo Jean-François Racine
Dominic Poulin, propriétaire de la quincaillerie RONA Limoilou.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle. Je comprends que c’est vert une piste cyclable, mais ils peuvent faire ça dans une autre rue. Je fais 75 % de mes affaires l’été et on m’explique que je n’aurai pas d’été. Je n’ai pas pu prendre de vin encore pour me calmer ! J’ai un peu les culottes à terre. À part brailler, je ne sais pas quoi faire », ajoute avec déception le coloré Felipe St-Laurent, le « pimp » de la saucisse, du commerce Ils en fument du bon.

En 2017, l’entrepreneur avait « grondé » Régis Labeaume dans une vidéo en l’invitant à visiter son établissement. Le maire avait finalement accepté.

Des craintes

« Les espaces sont déjà restreints dans Limoilou. Ce n’est pas la meilleure idée. Il y a une piste cyclable à deux coins de rue. Je ne sais pas si nous allons pouvoir les faire fléchir. Avec les taxes, je ne suis pas très chaud aux idées de la Ville ces temps-ci », mentionne un autre artisan qui n’a pas voulu être identifié pour éviter les conflits avec des clients cyclistes.

Les citoyens et les commerçants sont conviés à une séance d’information jeudi soir. Les commerçants devraient tous être présents ou presque.

Le groupe aura l’appui de Michel Jobidon, de la SDC 3e Avenue. « Nous avons prévu les voir avant la rencontre avec la Ville. On va s’aligner sur ce qu’ils vont demander. Je crois qu’ils sont inquiets. La Ville nous dit qu’ils sont ouverts aux suggestions, mais on ne sait pas jusqu’à quel point », dit-il.

La conseillère du district de Limoilou, Suzanne Verreault, ne ferme pas la porte à des aménagements. Il a été impossible lundi de s’entretenir avec l’élue.

« On sait de Mme Verreault que la Ville veut discuter », termine M. Jobidon.

Des réactions

« Moins de stationnements, c’est automatiquement un chiffre d’affaires moins élevé pour nous. Et les affaires, c’est l’été que nous les faisons. »

– Dominic Poulin, de la quincaillerie RONA Limoilou

« Québec, ce n’est pas Montréal ! Les gens ne viennent pas en métro à Limoilou. On est tous pro vélo, mais côté business, je suis découragé. »

– Felipe St-Laurent, de la saucisserie Ils en fument du bon