/news/provincial
Navigation

Jugement sur l’eau potable: le maire de Stoneham tend la main à Régis Labeaume

Le nouveau maire de Stoneham, Claude Lebel, estime que le jugement – dévastateur pour Québec – sur la construction dans les bassins versants au nord marque un «tournant».
Photo d'archives Stevens LeBlanc Le nouveau maire de Stoneham, Claude Lebel, estime que le jugement – dévastateur pour Québec – sur la construction dans les bassins versants au nord marque un «tournant».

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau maire de Stoneham, Claude Lebel, estime que le jugement – dévastateur pour Québec – sur la construction dans les bassins versants au nord marque un «tournant» et ouvre la porte à une réconciliation avec Régis Labeaume.

Près de 48 heures après le dépôt du jugement de la Cour supérieure, qui a en grande partie donné raison à Stoneham et Lac-Beauport en rendant «inopérant» le règlement de contrôle intérimaire (RCI) controversé, M. Lebel a tendu la main à son homologue de Québec, qui est également président de la Communauté métropolitaine de Québec.

«On pourrait célébrer une très grande victoire pour les villes de la couronne nord, ce serait très tentant de le faire, probablement... Mais on oublierait que c’est une victoire pour l’ensemble des villes de la Communauté métropolitaine de Québec. Je pèse mes mots, c’est aussi une victoire pour les citoyens de Québec», a-t-il déclaré en conférence de presse à l’hôtel de ville de Stoneham, mercredi matin.

«C’est une victoire que M. Labeaume apprendra sans doute à savourer lui aussi, car lui-même constatera à quel point ce jugement est un point tournant pour nos communautés respectives. C’est un jugement qui nous permettra de travailler ensemble», a-t-il renchéri.

M. Lebel, qui n’a pas d’historique de conflit avec le maire Labeaume et n’a jamais discuté avec lui depuis son élection en novembre dernier, prévoit de lui téléphoner sous peu dans l’espoir de rétablir les ponts. Le maire Labeaume, dit-il, avait «les meilleures intentions en menant la lutte» sur la protection des sources d’eau potable. «Maintenant, comment on peut le faire ? On est dans le “comment”.»

«M. Labeaume, je le connais comme un gars intelligent, tenace et déterminé, capable de se remettre d’une apparente défaite. Je le répète, ce n’est pas une défaite, c’est quelque chose qui va nous unir, peut-être pas demain matin, peut-être pas la semaine prochaine, mais enfin on va être capables de se parler par un autre canal que la réglementation», a ajouté M. Lebel.

Une agence de gestion des eaux?

Le maire de Stoneham, ville dont le développement immobilier a été freiné depuis l’adoption du RCI imposé par la CMQ, a même suggéré la création d’une «agence de gestion des eaux métropolitaines» qui aurait pour mandat d’appliquer des lois et des règlements, ainsi que de centraliser la gestion des eaux, une responsabilité propre à chaque municipalité à l’heure actuelle.

Le nouveau maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, a également tendu la main à Régis Labeaume plus tôt cette semaine, l’invitant à mettre fin au conflit en réunissant tous les intervenants autour d’une même table.