/news/politics
Navigation

Travaux routiers et congestion sur Henri-IV cet été

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale Sébastien Proulx et la ministre déléguée aux Transports Véronyque Tremblay ont annoncé mercredi les projets routiers prioritaires pour la région.
Photo Stéphanie Martin Le ministre responsable de la Capitale-Nationale Sébastien Proulx et la ministre déléguée aux Transports Véronyque Tremblay ont annoncé mercredi les projets routiers prioritaires pour la région.

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes devront s’armer de patience cet été: le gouvernement du Québec a confirmé le lancement du chantier de l’autoroute Henri-IV, qui pourrait bien causer son lot de congestion.

«On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs», a convenu la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, lors de l’annonce mercredi des projets routiers à réaliser dans la Capitale-Nationale. Le gouvernement y consacrera une enveloppe totale de 422 millions $ d’ici 2020 et la plus grande part va à l’élargissement de l’autoroute Henri-IV dont les travaux se feront d’août à novembre.

Ils seront réalisés principalement de nuit, a promis la ministre, qui assure que le ministère des Transports du Québec (MTQ) fait le maximum pour réduire l’impact de ses chantiers sur la fluidité de la circulation. «On va essayer le plus possible de garder toutes les voies existantes en opération, mais il se pourrait qu’elles soient rétrécies, qu’il y ait des voies de contournement. Et s’il le faut, pour ce grand projet, on pourrait utiliser les voies d’accotement pour les autobus.»

Mégachantier

Le mégachantier d’Henri-IV est un projet qui, au total, doit durer cinq ans et coûter 450 millions $. Pour la période visée, on parle de plus de 50 millions $. Les travaux préparatoires se feront principalement hors chaussée, à la hauteur de Félix-Leclerc et d’Einstein.

«Ce sont des travaux d’envergure qui seront très visibles cette année. Certains éléments qu’on va construire sont préparatoires à d’autres aménagements comme des bretelles», a souligné le directeur général au ministère des Transports pour la Capitale-Nationale, Luc Tremblay. Les appels d’offres doivent être lancés bientôt.

Les autres projets présentés mercredi étaient tous connus. «Il n’y a pas de nouveaux projets dans la liste. Ce sont des projets déjà annoncés. C’est l’aboutissement de tout ce qui a été amorcé par notre gouvernement. Nous livrons ce que nous avons dit», a soumis la ministre Tremblay.

Autres projets

L’élargissement de l’autoroute Laurentienne, la construction du mur antibruit, l’élargissement de Charest vers l’ouest, entre Jean-Gauvin et Legendre, la réfection des viaducs Saint-David et du boulevard Raymond sur Félix-Leclerc, la réfection des bretelles d’accès pour l’avenue des Hôtels ainsi que celle du pont au-dessus de la bretelle d’accès à l’autoroute Duplessis sont aussi dans les plans, en plus de divers projets plus mineurs dans les municipalités périphériques.

Des critiques

Les organismes qui font la promotion du transport durable ont déploré qu’on annonce encore des élargissements d’autoroutes. «L’élargissement de la 73 (Henri-IV), ça me fait capoter. Pourquoi? Pour permettre à plus de monde d’aller vivre à Shannon? C’est quoi l’intérêt? Pour être pogné dans le trafic et n’avoir par d’autre choix de mobilité que le char? J’ai hâte qu’on passe à autre chose en matière de mobilité», a pesté Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement.

«Ce genre d’annonce, on ne devrait plus avoir ça. Le réseau routier à Québec est mature. On est capable en masse de se déplacer d’une ville à l’autre. Et ce n’est pas normal que des autoroutes interurbaines servent pour du navettage quotidien. J’espère que des annonces comme ça, c’est la dernière fois qu’on verra ça suite à l’adoption de la politique québécoise de mobilité durable qui est due pour le 1er avril», a exprimé Étienne Grandmont, d'Accès Transports viables.