/sacchips/zoneassnat
Navigation

[VIDÉO] «Vous graissez votre gang avant de vous en aller, c’est ça?»

Alain Therrien
Photo Simon Clark/Agence QMI Alain Therrien

Coup d'oeil sur cet article

Visiblement excédé par la hausse de salaire de 26% du PDG d’Hydro-Québec Éric Martel, le député péquiste Alain Therrien n’a pas mâché ses mots, mercredi, pour questionner le gouvernement à cet effet.

«L'orgie de hausses de salaire libérales se poursuit. Après les médecins, les dirigeants de Bombardier, la Caisse de dépôt, c'est maintenant le salaire du P.D.G. d'Hydro-Québec qui explose sous le régime libéral, M. le Président. En 2017, Éric Martel a gagné 815 000 $, M. le Président. C'est une augmentation de 26 %, 186 000 $. Je le sais qu'ils sont déconnectés de la réalité, les gens de l'autre côté. Je vais leur expliquer quelque chose de bien simple, là. Le salaire moyen au Québec, là, c'est 46 000 $. Juste l'augmentation de salaire d'Éric Martel, c'est 186... C'est quatre fois à peu près le salaire moyen des Québécois en augmentation de salaire. Le D.G. d'Hydro-Québec, un monopole d'État, 815 000 $, M. le Président. [...] Définitivement avec les libéraux, les gloutons sont gavés, M. le Président. Avec les libéraux, le bar est ouvert. Quand est-ce que vous allez arrêter de dilapider l'argent des Québécois au profit du 1 %?», s’est-il exclamé, ce qui a grandement fait réagir les parlementaires en chambre.

De son côté, le ministre de l’Énergie, Pierre Moreau a plaidé en faveur des rendements d’Hydro-Québec et a comparé la rémunération de M. Martel avec celle des «autres sociétés d'État», ou «sociétés d'énergie au Canada ou aux États-Unis», en précisant qu’il s’agit de «la plus faible».

Puis le député de Sanguinet en a ajouté une couche. «Écoutez, les Québécois voient ça, ils sont découragés : 815 000 $, P.D.G. d'Hydro-Québec, monopole d'État, aucune compétition. Le ministre, encore une fois, ose défendre ça. Coudon, vous graissez votre gang avant de vous en aller? C'est ça?», a-t-il décrié avant d’être grondé par le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

«Il faudrait quand même faire rapport... dire que la formulation de la question laissait à désirer sur le plan au moins éthique. [...] Oui, ça venait du coeur. Mais vous avez un grand coeur, je le sais, mais ne le laissez pas déborder comme vous l'avez fait», a prévenu M. Chagnon.