/opinion/blogs
Navigation

Tramway et 3e lien: La stratégie du mensonge organisé

Éric Caire, porte-parole de la CAQ pour la Capitale-Nationale
Photo d'archives, Simon Clark Éric Caire, porte-parole de la CAQ pour la Capitale-Nationale

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi donc, il existe un ministre de la Capitale-Nationale dans le gouvernement Couillard. C’est probablement de cette façon que bon nombre de citoyens de la région ont réagi en lisant la lettre ouverte de Sébastien Proulx, publiée hier dans Le Journal. Parce qu’il faut le dire, Sébastien Proulx a été un ministre complètement absent dans les dossiers de Québec. Mais puisqu’il a décidé de prendre la plume pour répandre ses faussetés, il convient de lui répondre.

On le sent dans différents dossiers. Ça va tellement mal au Parti libéral du Québec qu’ils sont prêts à tout pour attaquer la CAQ. Même à mentir. En fait, depuis quelques semaines, les libéraux ont officiellement adopté la stratégie du mensonge organisé. Cette stratégie se résume ainsi : on invente un propos qu’on attribue à un adversaire politique ; on accuse cet adversaire de l’avoir tenu, puis on lui demande de s’en défendre.

C’est exactement ce que Sébastien Proulx a fait dans sa lettre d’hier. Il prétend que la CAQ a toujours été contre le projet de transport collectif que la Ville de Québec n’a pas encore annoncé. Cela fait pourtant des mois que nous disons être ouverts au projet, mais vouloir attendre d’en voir les détails avant de décider si nous l’appuyons. Cela fait aussi des mois que l’on affirme que la région a besoin d’un système de transport collectif, pourvu que le projet bénéficie également aux banlieues et à la Rive-Sud.

Nous avons répété cette position la semaine dernière en compagnie de mon chef, François Legault. Fidèle à la stratégie libérale du mensonge organisé, Sébastien Proulx a prétendu hier que c’était une volte-face, puisque la CAQ aurait prétendument déjà dit qu’elle était contre le projet de transport discuté actuellement. Or, M. Proulx sait très bien que les propos qu’il m’attribue concernent le défunt projet de SRB, de même qu’un autre projet défunt, celui de l’ancienne mouture du tramway que même son prédécesseur libéral, Sam Hamad, avait rejeté.

Dans sa lettre truffée de faussetés, Sébastien Proulx a également prétendu que la CAQ entendait construire la totalité d’un troisième lien en quatre ans. Tout le monde dans la région sait que la CAQ n’a jamais dit cela. Elle a plutôt pris l’engagement de lancer les travaux à l’intérieur d’un premier mandat de quatre ans.

Je comprends que les libéraux ne soient pas habitués à voir des projets avancer rapidement. Ils ont décidé de placer un ex-candidat libéral comme directeur du bureau de projet du troisième lien et de lui demander de tout faire pour ralentir l’avancement de ce projet. Les gens de Québec auraient d’ailleurs souhaité que Sébastien Proulx prenne la plume pour leur expliquer comment il est possible que les résultats d’une étude sur un troisième lien ne soient pas connus avant 2020 alors qu’ils ont pris l’engagement de faire cette étude en 2014 et que des études existent sur ce projet depuis les années 1970.

Les gens de Québec sont très politisés. Ils ne seront pas trompés par les mensonges d’un ministre. Ils comprendront facilement que cette attitude témoigne tout simplement d’un sentiment de panique généralisé qui s’est emparé du Parti libéral de Philippe Couillard. Une panique grandissante devant l’augmentation constante du nombre de citoyens qui sont tannés de faire rire d’eux et qui ont décidé qu’ils veulent mettre ce gouvernement à la porte le 1er octobre prochain.

Éric Caire,

Député de La Peltrie.

Porte-parole de la CAQ pour la Capitale-Nationale