/finance/news
Navigation

L’argent comptant en voie de disparition?

L’argent comptant en voie de disparition?
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Payez-vous avec de la monnaie, une carte ou votre téléphone ? Les deux dernières méthodes gagnent de plus en plus la faveur des consommateurs.

En 2016, les dirigeants de la Banque Nationale avaient fait grand bruit avec leur proposition d’éliminer complètement l’argent comptant de l’économie canadienne à moyen terme.

Cette proposition s’inspire des pays scandinaves, notamment la Suède (qui a, ironiquement, inventé les billets de banque modernes), où 20 % des achats se font encore comptant, mais ne représente que 2 à 3 % du PIB suédois.

Même les vendeurs locaux de l’équivalent du journal L’Itinéraire sont équipés de lecteurs dotés de la technologie RFID de paiement rapide, et se font payer par carte de crédit ou par téléphone !

Au Québec, le « cash » est encore utilisé dans 40 % des transactions, qui représentent 20 % de la valeur du commerce au détail. Suivent les paiements effectués par téléphone à 30 %. C’est plus que les paiements avec cartes de crédit (21 %) et de débit (24 %), selon l’Association canadienne des paiements. Et les Canadiens conservent tout de même en moyenne 84 $ dans leur portefeuille, selon la Banque du Canada.

Mais ça change rapidement. Ainsi, en 2015, plus de 75 % des Québécois préféraient payer avec une carte de crédit ou de débit et 65 % d’entre eux boudaient déjà l’argent comptant, selon un sondage de la firme Moneris.

Plus ça change, moins c’est pareil

De fait, rien qu’entre 2017 et 2018, la proportion des gens qui ont utilisé un téléphone cellulaire intelligent pour effectuer un achat dans un magasin est passée de 40 % à 48 %, selon un sondage Moneris effectué récemment pour le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). Et en un an, celle de consommateurs possédant un tel téléphone avec la technologie permettant un paiement rapide par carte de crédit (Visa PayWave, MasterCard PayPass, Apple Pay, Esso SpeedPass, etc.) est passée de 20 % à 30 % !

« C’est énorme, commente Léopold Turgeon, PDG du CQCD. Les consommateurs considèrent clairement que payer avec son téléphone, c’est fiable et sécuritaire. »

En un an, la proportion de gens possédant une carte de crédit à paiement rapide est passée de 82 % à 79 %, selon Moneris. Ce qui suggère qu’ils adoptent massivement le téléphone pour effectuer des achats de 100 $ et moins.

On les comprend : bye bye pièces de monnaie, billets de banque, toutes ces cartes de plastique et même le portefeuille ! Certains en profitent pour faire le ménage dans leurs cartes de crédit, pour éliminer celles affichant un taux trop élevé. Il y a 68,5 millions de cartes de crédit Visa et MasterCard en circulation au Canada, selon l’Association des banquiers canadiens. Et leurs frais de transaction sont parmi les plus élevés au monde.

Conseils

  • Gardez un peu de comptant sur vous : des pannes de terminaux, ça arrive !
  • Maintenez une limite de crédit de 500 $ pour la carte servant aux paiements rapides (même si elle est dans votre téléphone), pour restreindre fraude et... achats impulsifs.
  • Vérifiez chacune de vos transactions à la réception du relevé de compte.
  • Ramenez le solde de la carte de crédit à zéro chaque mois.