/news/politics
Navigation

Après La Joute, Martine Ouellet pourrait envoyer d’autres mises en demeure

La chef bloquiste a demandé une rétractation à l’émission La Joute

La cheffe du Bloc québécois, Martine Ouellet
PHOTO AGENCE QMI, JOËL LEMAY La cheffe du Bloc québécois, Martine Ouellet

Coup d'oeil sur cet article

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a donné à son avocat le mandat de scruter le contenu d’autres médias d’information, après une première mise en demeure envoyée à l’émission La Joute.

En début de semaine, Martine Ouellet a fait parvenir une mise en demeure au Groupe TVA ainsi qu’à l’animateur et aux panélistes de l’émission La Joute. Elle leur reproche d’avoir affirmé, dans l’émission du 8 mars, qu’elle serait « malhonnête », en plus d’avoir manqué d’équilibre dans leurs propos.

Bernard Drainville, Luc Lavoie et Caroline St-Hilaire discutaient alors de la décision de la chef bloquiste de soumettre en référendum à ses membres une question sur la mission du parti politique, afin de mettre fin au conflit interne qui a mené à la démission de sept députés.

« Les propos qui ont été tenus, particulièrement le mot “malhonnête”, sont d’une gravité extrême. Et c’est ça qui a ébranlé, beaucoup, Mme Ouellet », a expliqué son avocat Me Guy Bertrand en conférence de presse.

Me Guy Bertrand, ici en compagnie de sa fille Me Dominique Bertrand, a expliqué vendredi en conférence de presse à Québec les raisons qui ont poussé la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, à envoyer une mise en demeure à l’émission La Joute. 
Photo Annie T. Roussel
Me Guy Bertrand, ici en compagnie de sa fille Me Dominique Bertrand, a expliqué vendredi en conférence de presse à Québec les raisons qui ont poussé la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, à envoyer une mise en demeure à l’émission La Joute. 

Les deux enfants et la mère de Martine Ouellet ont également subi des « dommages et inconvénients » en raison de ces propos, affirme la mise en demeure.

Demande de rétractation

Martine Ouellet exigeait que l’animateur Paul Larocque lise en ondes, avant jeudi, une rétractation rédigée par son avocat. Devant l’absence de rétractation, Me Bertrand affirme que la politicienne aurait maintenant le droit de s’adresser à la Cour supérieure pour dommages et intérêts.

Toutefois, aucune démarche judiciaire n’est envisagée pour le moment. « C’est une femme qui n’a pas beaucoup d’argent », a expliqué Me Guy Bertrand, en soulignant que les poursuites judiciaires sont souvent longues et dispendieuses.

Par ailleurs, Me Bertrand a révélé que Martine Ouellet pourrait faire parvenir d’autres mises en demeure à divers médias québécois. « Nous avons le mandat d’examiner d’autres textes, d’autres propos », a-t-il confié.

Censure ?

L’avocat bien connu se défend de vouloir museler les médias avec sa mise en demeure, mais reconnaît qu’elle pourrait amener les journalistes et commentateurs à plus de prudence. « Ça peut rendre service à la société pour que les journalistes ne se permettent pas n’importe quoi », dit Me Guy Bertrand.

Quelques minutes plus tard, l’animateur Paul Larocque a déclaré à LCN que la mise en demeure ne changera rien aux débats à La Joute.

« On va continuer à faire notre travail, pas plus, pas moins, sans se laisser distraire », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec a qualifié d’« obscène » la menace de poursuite judiciaire. « Mme Ouellet s’attaque à la démocratie en tentant de réduire au silence les commentateurs », affirme Stéphane Giroux.