/misc
Navigation

Spiro Feradouros retourne à Concordia

L’ex-adjoint chez le Rouge et Or devient coordonnateur défensif avec les Stingers

Spiro Feradouros
photo d’archives Spiro Feradouros a quitté le Rouge et Or après la saison 2015 pour des raisons personnelles.

Coup d'oeil sur cet article

À l’écart depuis deux ans, Spiro Feradouros s’ennuyait du coaching, mais il ne voulait pas revenir à n’importe quel prix.

Les astres se sont alignés pour que l’ancien adjoint chez le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal reprenne le collier. Avec le départ de Mickey Donovan pour les Alouettes de Montréal et la promotion de façon intérimaire de son frère Patrick comme entraîneur-chef des Stingers de Concordia, le poste de coordonnateur défensif s’est ouvert.

« Je m’en vais au boulot le matin avec ma femme qui travaille à Concordia, a raconté Feradouros qui a quitté le Rouge et Or après la saison 2015 pour des raisons familiales. Je me retrouve dans un environnement très plaisant. J’aime Pat et Ted [Karabatsos]. »

« Je n’ai pas été difficile à convaincre, de poursuivre le diplômé de Concordia. À mon retour de Floride en janvier où mon fils a suivi des traitements, on m’a fait une offre que j’ai acceptée 24 heures plus tard. Le coaching fait partie de mon ADN et ça me manquait, mais je ne voulais pas revenir à n’importe quel prix. Ce fut une décision familiale. Certains entraîneurs font passer leur carrière avant leur famille et ça se termine par un divorce. J’ai eu d’autres offres [notamment des Gee Gees d’Ottawa] quand j’ai quitté le Rouge et Or, mais je les ai refusées. Les jeunes prennent n’importe quoi et acceptent des conditions moindres qui font que la profession d’entraîneur déprécie. J’ai reçu des offres où j’ai demandé à la personne si elle blaguait en me proposant d’aussi piètres conditions. »

Deuxième séjour

Son retour passait par la métropole. « J’ai décerné le diplôme de mère de la décennie à ma femme pour les quatre années que j’ai passées à Québec, a-t-il souligné. Ma femme se levait à 5 h, préparait les enfants pour la garderie, travaillait pendant son heure de lunch pour pouvoir quitter plus tôt et reprenait les enfants pour le retour à la maison et la préparation du souper, et tout le reste. »

Feradouros retourne à Concordia pour un deuxième séjour comme entraîneur. Le premier s’était conclu de façon précipitée en septembre 2011 quand une vision différente avec l’entraîneur-chef Gerry McGrath l’avait convaincu de quitter son poste.

« Le directeur des sports m’a posé la question et tout était réglé après deux minutes, a indiqué celui qui obtient son premier poste de coordonnateur défensif dans le réseau universitaire. Je n’avais rien contre Gerry et Katie Sheahan, mais on avait une vision différente. J’y vais une saison à la fois. Il s’agit d’un très bon défi, mais je suis prêt. »

Pour avoir travaillé aux deux endroits, Spiro connaît très bien les programmes du Rouge et Or et des Carabins. Les Stingers peuvent-ils rivaliser ?

« Ça ne sera pas facile, mais c’est certain qu’on peut compétitionner, a-t-il affirmé. On peut recruter partout au Canada et aux États-Unis. Le Québec est un bassin important et l’objectif est de recruter une douzaine de joueurs chaque année parmi nos 25 recrues. »