/slsj
Navigation

Des employés différents qui font une différence

Samuel Ouellet
Capture d'écran, TVA Nouvelles Samuel Ouellet travaille au salon de toilettage Beauté Canine et Féline de Chicoutimi

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – Des entreprises de Saguenay, comme le salon de toilettage Beauté Canine et Féline de Chicoutimi, n'hésitent pas à donner une chance à des employés même s'ils doivent composer avec un léger handicap mental.

Atteint d'un trouble du spectre de l'autisme, Samuel Ouellet a tout de même obtenu sa chance en devenant «calineur de chien» au salon de toilettage. Un an plus tard, il est maintenant devenu «aide-toiletteur». Une réussite pour le jeune homme de 25 ans qui adore travailler avec les animaux.

Il estime que travailler dans ce salon a fait de lui un nouvel homme. «J'ai fait plusieurs endroits et, partout, on me refusait un emploi. J'aurais très bien pu me ramasser pas de job et ça, c'est pas bon pour une personne. Je remercierai jamais assez les propriétaires de m'avoir laissé travailler ici», a-t-il raconté à TVA Nouvelles.

Le salon Beauté Canine et Féline n'est pas la seule entreprise du Saguenay–Lac-Saint-Jean à favoriser l'intégration au travail de ces employés bien particuliers. Chacun des cinq restaurants Subway de Chicoutimi emploie au moins une personne avec des limitations.

Parmi eux, on retrouve Émil Hubert, qui est devenu un incontournable du restaurant de la rue Racine. Il lave les tables, ramasse les poubelles et lave la vaisselle. Un travail qui le valorise, selon ses superviseurs.

L'homme de 33 ans a même appris à se débrouiller seul pour se rendre au travail. Il prend l'autobus de ville sans accompagnement

«À deux heures, je prends l'autobus, je marche jusqu'au terminus seul, comme un grand», a-t-il confié avec le grand sourire.

Les employeurs qui engagent ces personnes avec des limitations n'ont pas l'intention d'imiter la multinationale Walmart qui a cessé son programme d'intégration au travail. Selon eux, il s'agit d'une très mauvaise décision.