/news/politics
Navigation

Mélanie Joly à Séoul malgré l’avis de ses fonctionnaires

Le séjour de la ministre du Patrimoine pourrait rapporter très peu au Canada

La ministre canadienne du Patrimoine, Mélanie Joly, a partagé sur les réseaux sociaux (ci-bas) son désir de comprendre le phénomène K-pop. Sur la photo principale, des vedettes sud et nord-coréennes se sont produites à Pyongyang.
Photo AFP La ministre canadienne du Patrimoine, Mélanie Joly, a partagé sur les réseaux sociaux (ci-bas) son désir de comprendre le phénomène K-pop. Sur la photo principale, des vedettes sud et nord-coréennes se sont produites à Pyongyang.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La ministre fédérale du Patrimoine, Mélanie Joly, est de passage en Corée du Sud pour en apprendre plus sur le K-pop malgré l’avis de ses fonctionnaires, qui doutent de l’utilité de ce séjour diplomatique.

Non seulement la ministre Joly a passé outre la recommandation du ministère, mais sa visite de trois jours et demi dans ce pays asiatique est ponctuée de seulement quatre rencontres.

« Nous voilà à Séoul pour comprendre la stratégie d’exportation culturelle coréenne, le phénomène K-pop et créer des opportunités pour notre secteur culturel », a-t-elle écrit sur Facebook mercredi matin pour accompagner une photo de la capitale coréenne.

Le K-pop est un style musical popularisé ici par le succès plantaire Gangnam Style.

Mme Joly a choisi d’effectuer un détour dans la péninsule coréenne avant une mission commerciale en Chine, qui se déroulera du 9 au 13 avril. Elle est accompagnée de deux hauts fonctionnaires et deux membres de son équipe.

Pas pertinent

Or, dans une note interne obtenue en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, ses fonctionnaires ont déterminé que ce crochet par Séoul n’était pas pertinent, du moins pour l’instant.

Mélanie Joly, <i>ministre du Patrimoine</i>
Photo d'archives, Jean-francois Desgagnés
Mélanie Joly, ministre du Patrimoine

« Il est recommandé que toute décision concernant une visite bilatérale soit reportée jusqu’à ce qu’une analyse plus complète du marché coréen et des opportunités commerciales potentielles pour les industries canadiennes puisse être achevée », peut-on lire dans le document daté du 14 décembre.

Le séjour en Corée du Sud de la ministre se déroule officiellement sur deux jours. Mais au total, Mme Joly passera près de quatre journées ailleurs en Asie avant la tournée en Chine.

Quatre événements sont à son agenda, dont une rencontre de 40 minutes, jeudi, avec le ministre sud-coréen de la Culture.

Mme Joly conclut la journée avec deux autres tête-à-tête avec des membres de l’industrie culturelle, selon l’horaire fourni par son bureau. L’agenda de la politicienne est plus léger vendredi, avec pour seul élément à l’horaire un dîner d’affaires.

« Réduction des coûts »

Le bureau de Mme Joly soutient que le séjour à Séoul a été intégré à la mission en Chine « par souci d’efficacité et de réduction des coûts ».

« Ces rencontres de haut niveau en Corée du Sud font partie de la démarche de notre gouvernement pour en savoir plus des meilleures pratiques internationales en termes d’exportation culturelle dans l’objectif de mieux appuyer nos artistes et créateurs à l’international », affirme le porte-parole de la ministre, Simon Ross.

– Avec Émilie Bergeron