/news/education
Navigation

Le nombre de futurs enseignants à son plus bas depuis cinq ans

La tendance inquiète les universités, les professeurs, les directeurs et les commissions scolaires du Québec

Futurs profs UQAM
Photo Dominique Scali Gabrielle Bouchard (à gauche), David Lacombe (au centre) et Emmanuelle Boisvert (à droite) sont représentants à l’Association des étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences de l’Éducation de l’UQAM. 

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de futurs enseignants dans les universités du Québec est à son plus bas depuis cinq ans, une tendance « dramatique » qui fait craindre le pire pour l’avenir des écoles, qui sont déjà en pénurie de personnel.

« C’est sûr que quand tout ce qu’on entend c’est à quel point les enseignants ne sont pas bons et les écoles pas bonnes, ça n’aide pas », dit Roxanne Gaudreault, de l’association des étudiants en éducation de l’Université de Sherbrooke.

Le Journal a tenté d’obtenir le nombre d’étudiants inscrits ces dernières années dans les 12 facultés d’éducation au Québec, que ce soit en ville ou en région. Sur les 10 universités qui ont répondu, huit connaissent une baisse du nombre d’étudiants dans ce domaine, tous programmes confondus.

Dans la plupart des cas, le nombre d’étudiants en enseignement primaire ou secondaire est à son plus bas depuis 2012. Par exemple, à l’Université Laval, le baccalauréat en enseignement au secondaire comptait 236 étudiants de moins en 2017 qu’il y a cinq ans.

« Au niveau secondaire, c’est très préoccupant, abonde Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peine à remplir nos programmes et à répondre aux besoins du milieu [scolaire]. »

Mais beaucoup considèrent que c’est le métier de prof qui est de moins en moins attirant.

Grosse charge de travail qui déborde à la maison, classes pleines à craquer, élèves en difficulté qui manquent de soutien, énumèrent-ils. Et cette réalité frappe les enseignants en devenir dès qu’ils arrivent en stage.

« On ne nous donne pas les ressources nécessaires pour bien faire notre travail. C’est ça qui fait peur », dit Gabrielle Bouchard, finissante en enseignement au secondaire à l’UQAM.

« Urgence »

« Ça ne me dérange pas d’avoir à faire de la planification [de cours]. Mais ne me paie pas 32 heures par semaine si tu sais que j’en fais 45 », illustre Emmanuelle Boisvert, étudiante en enseignement préscolaire et primaire à l’UQAM.

« C’est dramatique. Ça fait 10 ans qu’on parle de l’importance de valoriser la profession enseignante et on ne nous a pas pris au sérieux », dit Josée Scalabrini, de la Fédération des syndicats enseignants, qui représente 65 000 profs.

La baisse du nombre de futurs enseignants inquiète aussi les directions d’école, qui sont déjà aux prises avec un manque de personnel, incluant les profs et suppléants.

« On est en situation d’urgence, dit Lorraine Normand-Charbonneau, de la Fédération québécoise des directions d’établissement. C’est quoi le plan ? Est-ce qu’il y a quelqu’un au ministère de l’Éducation qui y pense ? », s’impatiente-t-elle.

Plus de diplômes

Questionné par Le Journal, le ministère rappelle qu’un chantier sur la valorisation de la profession enseignante a été mis sur pied. Il confirme que le nombre d’inscriptions en éducation diminue bel et bien, mais précise que le nombre de diplômes était en hausse entre 2012 et 2016.

Cette tendance est logique puisque les diplômés de 2016 ont pour la plupart commencé leurs études... en 2012. « On devrait commencer à voir les effets de la baisse des inscriptions vers 2020 », estime Serge Striganuk, doyen de la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

Par ailleurs, la fréquentation universitaire est globalement en baisse, indique Simon Telles, de l’Union étudiante du Québec. Reste que la désertion des futurs et jeunes enseignants est bien documentée, ajoute-t-il.

Nombre d’étudiants en éducation
Faculté d'éducation 2012 2017 Baisse / Hausse
Université du Québec à Montréal 6365 6186 -179
McGill 2805 2605 -200
Uinversité Laval 4795 4605 -190
Université du Québec à Rimouski 1919 1807 -112
Université du Québec à Chicoutimi 1114 741 -373
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 623 515 -108
Bishop’s 310 370 +60
Université du Québec à Trois-Rivières 1858 1932 +74


♦ Sur les 12 facultés d’éducation au Québec, 10 ont répondu à notre demande d’information

♦ Les universités de Sherbrooke et de Montréal n’apparaissent pas car les données fournies commencent en 2013 ou se terminent en 2016

Une compensation bienvenue, mais pas suffisante

Les étudiants en enseignement pourront mieux respirer grâce à une compensation financière annoncée par le gouvernement la semaine dernière, une mesure qui ne sera toutefois pas suffisante pour changer l’image de la profession, selon plusieurs universitaires.

Les futurs professeurs se partageront une enveloppe de 15 millions $ par an pour leur stage de quatrième année, a révélé le ministre des Finances, Carlos Leitao, dans le cadre du budget provincial. Le montant exact que recevra chaque étudiant n’a toutefois pas encore été calculé par les associations étudiantes.

Ce stage « très exigeant » dure environ trois mois, explique Antoine Côté, porte-parole de la Campagne de revendication et d’actions interuniversitaires des étudiants en stage. Le stagiaire enseigne à temps plein comme s’il était déjà prof et continue à avoir des travaux universitaires.

« Les gens s’endettaient. Et ceux qui avaient des enfants n’avaient juste pas les moyens d’être en stage. »

Soulagée

Pour M. Côté, cette mesure aidera beaucoup de futurs enseignants à terminer leur parcours universitaire.

« Vous n’imaginez même pas le poids qui vient de m’être enlevé sur les épaules », témoigne Audrey Chamard, 27 ans.

Cette mère de trois enfants est de retour aux études en enseignement préscolaire et primaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Elle ne peut donc pas travailler à temps partiel les soirs et fins de semaine en plus d’étudier.

« À un moment donné, il faut s’en occuper, des enfants. »

Mais pour les étudiants de l’UQAM, ce n’est pas suffisant. Il faudrait que tous les stages du baccalauréat soient rémunérés, pas seulement le dernier, explique Gabrielle Bouchard.

Les étudiants de l’UQAM souhaiteraient aussi qu’un salaire soit versé plutôt qu’une compensation, qui peut actuellement diminuer si le nombre d’étudiants augmente.

Ces demandes ne font toutefois pas l’unanimité au sein des futurs profs, selon l’Union étudiante du Québec, qui estime que la compensation est préférable à un salaire pour ne pas être pénalisé dans le calcul de prêts et bourses.

Reste que les profs en devenir s’entendent pour dire que les conditions de travail des enseignants devront s’améliorer si l’on veut attirer les futurs profs.

Le nouveau budget provincial inclut d’ailleurs une hausse de 5 % en éducation par rapport à l’année précédente.

« Ça va prendre pas mal plus que ça [pour faire une réelle différence] », s’exclame Emmanuelle Boisvert, étudiante à l’UQAM.