/sports/opinion/columnists
Navigation

Important congrès des zecs dans Charlevoix

Grâce aux millions qui ont été accordés au réseau des zecs, plusieurs gestionnaires de territoire pourront apporter des améliorations à leurs bâtiments d’accueil comme le Bastican de la Zec Batiscan Neilson, dans la région de Portneuf.
Photo courtoisie Grâce aux millions qui ont été accordés au réseau des zecs, plusieurs gestionnaires de territoire pourront apporter des améliorations à leurs bâtiments d’accueil comme le Bastican de la Zec Batiscan Neilson, dans la région de Portneuf.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 170 délégués seront réunis en fin de semaine au Fairmont le Manoir Richelieu dans Charlevoix, à l’occasion du congrès de Zec Québec, qui marquera le 40e anniversaire de la naissance du réseau. Ils représenteront plus d’une cinquantaine de zecs membres.

Plusieurs sujets d’importance seront au programme du congrès. Tout d’abord, il y aura la présentation de la subvention très importante que le gouvernement vient tout juste d’accorder.

« C’est la première fois dans l’histoire des zecs que le gouvernement nous verse un tel montant, affirme le directeur général de Zec Québec, Jean-Claude d’Amours. Avoir 24,5 millions $ sur la table pour réaliser des projets et aussi améliorer plusieurs structures, dont les postes d’accueil et les routes, nous allons pouvoir offrir une expérience de qualité supérieure pour les usagers du réseau. Nos gestionnaires vont enfin pouvoir faire certains travaux plus que nécessaires. » Le versement initial sera de 15 millions $. Le reste de la somme sera réparti sur six ans. Pour expliquer le tout, un atelier prévu sur le programme d’aide financière sera présenté aux délégués par des gens de Zec Québec.

Un autre point qui soulèvera les discussions, c’est celui du changement de statut que certains gestionnaires voudraient réaliser. On voudrait changer le statut des associations qui gèrent les zecs en coopérative. Selon le directeur général, ce changement de statut n’affecterait en rien les usagers au niveau des activités et des prix. Selon lui, les membres seraient gagnants à certains niveaux comme une plus grande transparence du conseil d’administration de leur zec.

D’AUTRES SUJETS

Les congressistes pourront avoir un aperçu de la valeur économique des zecs avec la présentation par des spécialistes de l’Université Laval et de l’Université du Québec en Outaouais, d’une étude qui vient d’être réalisée. Très engagés dans la relève en chasse et pêche, Gilles Paquet et Alexandre Giguère de la Zec Jaro présenteront leur stratégie mise en place sur leur territoire et qui connaît beaucoup de succès.

Des gens du ministère des Forêts de la Faune et des Parcs seront aussi sur place pour présenter différents dossiers qui touchent les zecs.

Également, pour souligner de façon mémorable le 40e anniversaire et poser un geste concret pour la relève, les délégués seront invités à prendre connaissance du programme de gratuité dans les activités de chasse et de pêche pour les jeunes de 17 ans et moins qui vont visiter le territoire d’une zec cette saison et à l’appliquer.


TOURILLI, RÉSERVATIONS DISPONIBLES

Depuis dimanche dernier, vous pouvez profiter d’un tout nouveau service de réservation en ligne offert par le secteur Tourilli, dans la réserve faunique des Laurentides. Vous pouvez réserver le lac et la journée de pêche désirés via www.tourilli.com/peche-journaliere/.

Lors de votre journée de pêche, vous devrez tout de même vous présenter au Dépanneur Alimentation Duplain de Saint-Raymond pour aller chercher la clé. Il ouvre ses portes à 5 h. Il sera également nécessaire de vous arrêter au poste d’accueil afin de vous enregistrer et de prendre votre droit d’accès et moteur hors-bord. Pour en savoir plus : (418) 843-9355.


SOUTIEN À RÉMY FORTIN

La soirée-bénéfice du 24 mars dernier organisée dans le but de soutenir Rémy Fortin, l’agent de protection de la faune atteint de la maladie de Lyme, a connu un franc succès. La générosité des invités a permis d’amasser 25 000 $, ce qui permettra à monsieur Fortin d’aller se faire soigner à l’extérieur du pays. Il se rendra en Allemagne pour recevoir les soins nécessaires, puisque le Canada ne reconnaît pas son diagnostic reçu aux États-Unis. Son cas porte à réfléchir et rappelle que, lors de nos sorties en forêt, il faut toujours se protéger contre les moustiques.