/news/society
Navigation

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec

Une soixantaine de personnes ont marché du Centre des congrès jusqu’au Château Frontenac

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Une soixantaine de manifestants provenant de groupes communautaires ont manifesté jeudi soir dans le Vieux-Quebec contre le sommet du G7, coup d’envoi de la mobilisation contre l’événement qui se tiendra en juin.

Partis du centre des congrès vers 17h, les manifestants anti-G7 se sont déplacés vers le Château Frontenac, où se tenait jeudi le B7, une rencontre économique organisée en marge du sommet. Justin Trudeau, Philippe Couillard et des représentants des autres pays membres du G7 y ont rencontré des gens d’affaires en matinée pour discuter des orientations économiques du sommet.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

Scandant des slogans contre les paradis fiscaux, Donald Trump et le racisme, les manifestants, dont quelques-uns sont masqués, ont déambulé escortés par les policiers du SPVQ. Quelques minutes après leur arrivée au Château Frontenac dans le calme, les organisateurs ont annoncé la fin de l’événement et la foule s’est dispersée.

Une dizaine de personnes ont toutefois poursuivi leur route en groupe en scandant «à qui la rue? À nous la rue!», attirant l’attention des policiers. Arrivant près de l’hôtel de ville, le groupe a été rejoint par le groupe tactique d’intervention du SPVQ qui a rapidement maté toute possibilité de débordement. Aucune arrestation n’a été effectuée.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

«Le G7 fait partie du problème»

Avant la manifestation, la trentaine de groupes communautaires derrière cette première action ont annoncé leurs couleurs lors d’une conférence de presse qui visait à faire entendre leurs revendications. Déplorant l’absence des réels enjeux de la société civile de l’agenda du sommet, les groupes avaient un message clair pour les dirigeants : «Le G7 ne nous représente pas».

«Le G7 fait partie du problème en favorisant la concentration du pouvoir et de la richesse entre les mains d’une élite économique de plus en plus restreinte», déplore Marie-Ève Duchesne, porte-parole des groupes de Québec mobilisés contre le G7.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

«Nous verrons les sept pays les plus riches du monde être au service encore une fois du 1%, qui possède déjà 80% des richesses mondiales», ajoute Christian Page, appelant à la fin de ce rapport de force.

Les groupes critiquent les États impliqués de ne pas s'attarder aux réels enjeux importants qui sont selon eux «la réelle égalité hommes-femmes, les enjeux écologistes, les paradis fiscaux, le racisme systémique, les inégalités sociales et l'autodétermination des peuples autochtones». Ils souhaitent se faire entendre sur ces éléments d’ici le sommet qui se tiendra les 8 et 9 juin à La Malbaie.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

Autres mobilisations

En plus de la manifestation de jeudi contre la tenue du B7, les groupes prévoient d’autres mobilisations en marge du sommet international.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

Un forum alternatif et une manifestation sont notamment prévus le 9 juin devant l’Assemblée nationale alors que se tiendra au même moment le G7. Une manifestation pour «souhaiter la bienvenue» aux dirigeants pourrait aussi se tenir le 7 juin à Québec.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

Quant aux possibilités de grabuge qui accompagne les manifestations, les groupes communautaires n’ont pas semblé s’en préoccuper outre mesure. Questionnés sur la possible présence de casseurs à travers les manifestants pacifistes, les responsables ont affirmé s’en faire plus pour la présence massive de policiers.

[PHOTOS] Une première manifestation anti-G7 à Québec
Photo Simon Clark

«Ce n’est pas une préoccupation qu’on a actuellement. Ce qui nous inquiète beaucoup plus c’est l’ensemble des enjeux qui vont être mis de l’avant durant le G7 et l’ensemble de la répression policière qui est déjà annoncée», a indiqué Mme Duchesne.