/slsj
Navigation

Saguenay: le pédophile Jean-Louis Savard pourrait être libéré en juin

Jean-Louis Savard
PHOTO d’ARCHIVES Jean-Louis Savard

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – Le pédophile Jean-Louis Savard, condamné à six ans de pénitencier en 2015, s'apprête à demander une libération conditionnelle totale.

Ses victimes sont consternées et ont l'intention de s'opposer. Elles sont choquées de constater que leur agresseur, aujourd'hui âgé de 71 ans, continue de nier les gestes pour lesquels il a été condamné.

Selon des informations qu'elles ont obtenues, Savard refuserait de changer et de prendre part à des thérapies.

Jean-Louis Savard a été condamné, en juin 2015, à une peine de six ans après avoir été reconnu coupable d'attentat à la pudeur et de grossière indécence sur cinq de ses neveux et nièces.

Les gestes dégradants ont eu lieu dans les années 1960 et 1970 à la résidence familiale de Saint-David-de-Falardeau.

L'homme attachait ses victimes et leur introduisait des objets dans les organes génitaux.

Savard avait multiplié les procédures d'appel. Il avait contesté le verdict de culpabilité devant la Cour d'appel, puis devant la Cour suprême.

Libération conditionnelle totale

Malgré son comportement au pénitencier, il pourra demander une libération conditionnelle totale à compter du 5 juin prochain. Savard aura alors purgé le tiers de sa peine (en tenant compte du temps préventif).

S'il obtient sa libération, il pourrait purger le reste de sa peine en société à sa résidence.

Ses victimes sont découragées, surtout lorsqu'elles constatent que leur agresseur n'a aucune volonté de changer.

«On va se battre, on va se battre pour qu'il reste là, ça c'est sûr», a affirmé l'une de ses victimes, Lynda Desbiens.

«C'est dangereux pour nos petits-enfants, nos enfants... Il ne faut pas qu'il retourne en société, pas tout de suite en tout cas, je le sais qu'il n'est pas prêt», a-t-elle dit.