/news/transports
Navigation

Le tramway suscite encore beaucoup de questions

Cinquième et dernière séance de consultation publique courue à Sainte-Foy

Le tramway suscite encore beaucoup de questions
Photo Jean-Francois Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Craintes d’expropriations, tracé contesté, banlieues négligées, bruit ; la Ville de Québec et le RTC ont pris beaucoup de notes mercredi lors de la cinquième et dernière séance publique sur le projet de tramway et trambus, promettant de bonifier le projet et de rassurer les plus inquiets.

Pour la deuxième fois en cinq jours, l’ancien hôtel de ville de Sainte-Foy était à nouveau bondé. Parmi les quelque 200 citoyens qui se sont déplacés, une quarantaine se sont pointés au micro, bombardant les concepteurs du projet de nombreuses questions, souvent très pointues.

Les avis étaient somme toute partagés. Comme la semaine dernière, plusieurs citoyens ont commencé leurs interventions en félicitant la Ville pour son travail, alors que d’autres n’ont pas manqué d’exprimer leur déception et ont critiqué plusieurs aspects du projet, notamment ses coûts. Certains ont réclamé un référendum, d’autres ont réclamé qu’on « retarde » le projet.

Promotion du monorail

Quelques partisans du monorail s’étaient aussi visiblement concertés pour mousser ce moyen de transport. Ils ont profité de l’occasion pour se faire entendre, déplorant les coûts élevés du tramway et le « manque d’innovation » de la Ville de Québec.

Isabelle Lussier, qui demeure sur la 1re avenue, a affirmé quant à elle qu’elle craignait de perdre son immeuble en raison du passage du tramway en façade. « Entre la 4e et la 5e rue, il y a trois immeubles qui n’ont pas d’accès à l’arrière, dont un dépanneur, mon immeuble et un autre à côté. Je suis loin de me réjouir [même si] j’utilise le transport en commun depuis toujours », a-t-elle exprimé, en quête de réponses rapides.

« Ce pâté de maisons là devra être détruit. Moi, je vais rester dans l’inquiétude pendant trois ans, le temps que vous fassiez vos plans et devis ? » a-t-elle lancé. Le directeur de la coordination des travaux André Caron a tenté de se faire rassurant. « Je pense que vos préoccupations sont très légitimes. On n’attendra pas trois ans pour documenter cette problématique. On prend note de vos coordonnées et on va s’assurer qu’il y ait une rencontre très rapidement avec les résidents du secteur », lui a-t-il répondu.

Patricia Saint-Onge, qui demeure à l’ouest de Sainte-Foy, s’inquiète de potentiels bouchons de circulation dans son quartier, non loin de Pélissier, en raison de la priorité aux feux du tramway. « La question d’assurer la fluidité de la circulation dans les rues latérales sera bien sûr prise en compte au moment de faire la conception plus détaillée », a assuré M. Caron.

Au final, plusieurs questions sont demeurées sans réponses puisque certains éléments du projet se préciseront à l’étape des plans et devis. Au moment de mettre sous presse, la séance publique n’était pas terminée. Un questionnaire en ligne est disponible jusqu’au 25 avril sur le site web de la Ville de Québec.

Des réactions de citoyens

« C’est un excellent projet. Il n’y a aucun projet qui est parfait, mais le plus grand défaut que pourrait avoir votre projet, c’est de ne pas le faire. » - Jacques Charpentier

« J’aimerais préciser aux détracteurs du projet que je suis prête à vendre ma voiture pour prendre le tramway. » - Pascale Lafrance, employée du gouvernement fédéral à Beauport

« C’est un projet socialement inacceptable et je pense qu’un référendum, ça serait nécessaire étant donné les coûts. » - Richard Côté