/sacchips/zoneassnat
Navigation

Un député a porté la kippa en chambre en mémoire des victimes de l'Holocauste

David Birnbaum
Photo Simon Clark/Agence QMI David Birnbaum

Coup d'oeil sur cet article

Le député de D'Arcy-McGee, David Birnbaum, a porté la kippa mercredi en chambre, soit la calotte portée traditionnellement par les Juifs pratiquants, afin de souligner Yom Hashoah, la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste.

«Aujourd'hui, je porte respectueusement la kippa sachant que, sous le régime haineux de l'Allemagne nazie, j'aurais signé mon arrêt de mort en faisant ainsi publiquement. Je la porte afin de me rappeler et de rappeler à nous tous qu'au Québec cela m'est possible aujourd'hui sans une once de peur, sans aucune entrave à ma participation pleine et active comme citoyen québécois et quant au parcours que je pourrai choisir. C'est un réconfort pour moi et certainement pour les survivants de l'Holocauste que nous honorons aujourd'hui que ces antidotes à la haine sont les piliers de notre Québec moderne», a-t-il mentionné.

Dans un texte touchant, le député de confession juive a rendu hommage aux «innocentes victimes de la dictature nazie».

«Il suffit d'entendre le témoignage d'une seule personne survivante de l'Holocauste pour comprendre pourquoi nous devons éternellement nous souvenir de cette période noire de l'Histoire, qui est d'une gravité telle que jamais elle ne doit disparaître de nos mémoires [...] Pour ces survivants et survivantes, il faut nous souvenir pour clamer haut et fort : plus jamais. Il faut nous souvenir pour nous demander comment une partie de l'humanité a pu sombrer dans une telle barbarie et comment faire en sorte de se prémunir contre de tels dérapages, allant jusqu'à l'horreur absolue. Pourtant, malgré l'Holocauste, l'humanité n'a pu prévenir les événements au Rwanda, en Bosnie, au Kosovo. Le souvenir doit donc encore se muer en action», a-t-il dit.

Le député a aussi souligné la «terre d’accueil» qu’a été le Québec pour de nombreux survivants de l’holocauste.

«Même si ces événements atroces se sont passés loin de nous, ils nous ont été familiers de différentes façons. C'est notamment au Québec et dans la région de Montréal en particulier que, toutes proportions gardées, est venu se réfugier le plus grand nombre de survivants de l'Holocauste. Le Québec a été terre d'accueil pour ces survivantes et survivants et choisie comme tel», a-t-il déclaré.

Pour David Birnbaum, il était important de prendre la parole en cette chambre, pour «nous souvenir».

«Si la Shoah a déshonoré une partie de notre humanité, l'évocation constante de cette horreur la réhabilite en ce qu'il y a de plus humain en nous : la mémoire. Aujourd'hui, nous réitérons à la communauté juive et à toutes les victimes de l'Holocauste notre profonde sympathie et notre solidarité afin que jamais plus de tels événements ne puissent se reproduire», a-t-il conclu.