/entertainment/shows
Navigation

Sur le fleuve avec Boucar

L’humoriste, conteur, poète est au sommet de son art

L’humoriste Boucar Diouf est au sommet de son art avec le spectacle Magtogoek, le chemin qui marche. Il est drôle, brillant et divertissant.
Photo courtoisie Robert Etcheverry L’humoriste Boucar Diouf est au sommet de son art avec le spectacle Magtogoek, le chemin qui marche. Il est drôle, brillant et divertissant.

Coup d'oeil sur cet article

À bord de son voilier, à travers l’histoire du Saint-Laurent et de la sienne, Boucar Diouf a déployé avec beaucoup de finesse son humour intelligent et fort divertissant.

L’humoriste aux origines sénégalaises était de passage au Grand Théâtre de Québec, jeudi, pour la première de deux soirées de son spectacle Magtogoek ou le chemin qui marche, qui sera de retour, le 24 novembre 2018, pour une supplémentaire.

Une croisière

L’humoriste, au sommet de son art, amène le public à Rimouski, Gaspé, Miguasha, Tadoussac, Trois-Rivières, Montréal et à Québec, où dit-il, il y a le grand roi avec ses sept duchesses et un petit roi qui parle tout le temps. « Je vous laisse deviner qui c’est ? » a-t-il lancé, faisant rigoler une salle Louis-Fréchette remplie à sa pleine capacité.

Tout au long de la soirée, l’humoriste trace des liens entre l’histoire, avec l’arrivée de Jacques-Cartier et De Champlain, et sa propre découverte du Québec, depuis son arrivée en 1991.

Il rigole des climatosceptiques américains qui ne croient pas au réchauffement de la planète ou à l’existence des dinosaures, mais qui croient Phil la Marmotte, lorsqu’elle sort de trou pour annoncer la fin de l’hiver.

Subtilités

L’humoriste Boucar Diouf est au sommet de son art avec le spectacle Magtogoek, le chemin qui marche. Il est drôle, brillant et divertissant.
Photo courtoisie Robert Etcheverry

Boucar Diouf est un excellent conteur. Il est poète, sensible, drôle et brillant. Il se transformera quelques instants en Gregory Charles, lorsqu’il fera chanter Partons la mère est belle au public. Il se distingue avec un humour différent, intelligent et rempli de subtilité.

Les liens qu’il trace entre l’eau qui coule dans le fleuve, nécessaire à la vie, au fœtus qui se développe dans une mer intérieure de liquide amniotique et les spermatozoïdes qui nagent est bien pensée.

Sa randonnée avec son ami Mamadou, à son arrivée à Rimouski, et son initiation vécue à l’université sont des bons moments du spectacle. Il ne sombre jamais dans la vulgarité, même lorsqu’il aborde la sexualité.

Il fait éclater de rire le public, lorsqu’il raconte ce qu’un vieux pêcheur gaspésien lui a dit, alors qu’il lui a demandé quelles étaient les attractions touristiques de l’endroit.

« C’est vraiment toé », a dit le pêcheur, avant de le voir établir un parallèle avec le voilier de Jacques Cartier, qui avait certainement dû être, à l’époque, une attraction touristique pour les Amérindiens.