/entertainment/shows
Navigation

Le d’Auteuil va revivre dans l’ancien Cercle

Les nouveaux proprios veulent attirer des artistes de calibre international et de tous les genres musicaux

Dès juin, le local qui abritait Le Cercle prendra les couleurs de l’ancien bar Le d’Auteuil, qui a présenté les spectacles de plusieurs vedettes dans les années 1990.
Photo d’archives, Stevens LeBlanc Dès juin, le local qui abritait Le Cercle prendra les couleurs de l’ancien bar Le d’Auteuil, qui a présenté les spectacles de plusieurs vedettes dans les années 1990.

Coup d'oeil sur cet article

Vingt ans après sa fermeture, le mythique bar Le d’Auteuil va revivre en Basse-Ville, sur la rue Saint-Joseph, dans l’ancien édifice qui abritait jusqu’en décembre dernier la salle de spectacles du Cercle, que vient d’acquérir un trio d’actionnaires formé de Martin Tardif, André Gagné et Robert Hakim.

Au bout du fil depuis l’Afrique, où il brasse des affaires dans le domaine minier, l’ancien propriétaire du d’Auteuil original, André Gagné, ne tentait même pas de cacher son excitation à l’idée de faire renaître la salle de concert qui a accueilli, au début des années 1990, des vedettes de la trempe d’Éric Lapointe, Jean Leloup, Richard Desjardins, Sarah McLachlan et Blue Rodeo.

« J’ai l’enseigne du d’Auteuil, ça va être le décor du d’Auteuil et ça va être la même mentalité avec les bands. Nous sommes en train d’acheter des lustres. On travaille pour revenir comme on était », dit-il.

André Gagné promet que des artistes de calibre international et représentant tous les genres musicaux défileront sur la scène du d’Auteuil 2.0. « J’ai commencé à parler avec des bands hier », annonce-t-il.

Les nouveaux propriétaires, qui ont conclu la vente jeudi, souhaitent donner une facture moderne et multimédia au nouveau d’Auteuil. Par exemple, ils souhaitent diffuser les concerts sur internet.

« On va vendre les spectacles et ça va aller sur le cachet des artistes », indique M. Gagné. « Il y a beaucoup d’idées sur la table. »

En regardant plus loin devant, les investisseurs souhaitent notamment faire passer la capacité de la salle, actuellement autour de 400 places, à 500 ou 600 spectateurs.

Réouverture en juin

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Selon André Gagné, une réouverture de la salle, fermée depuis décembre, est envisageable pour le début du mois de juin.

« Tout a été payé comptant par les associés. On va prendre le temps de bien faire les choses, puis on va partir fort pour ne plus arrêter », dit l’homme d’affaires qui prévoit présenter entre cinq et sept concerts par semaine.

Il n’y aura cependant pas de nourriture au d’Auteuil. La portion restaurant, qui faisait autrefois partie du concept du Cercle, accueillera bientôt une franchise de Shaker, cuisine et mixologie en juin.

En plus du défunt d’Auteuil de la Haute-Ville, André Gagné a dirigé le festival Woodstock en Beauce pendant plusieurs années. Il a attiré de nombreuses vedettes internationales dans le village de Saint-Éphrem.

En compagnie notamment du chanteur Éric Lapointe, Martin Tardif a pour sa part contribué à la relance du Quartier de lune, en 2016, après un incendie.

Quant à Robert Hakim, il est un producteur de spectacles influent et reconnu au Saguenay–Lac-Saint-Jean.