/news
Navigation

Cinq ans plus tard, des Québécois n'ont pas oublié Boston

Coup d'oeil sur cet article

Le souvenir du double attentat survenu au fil d’arrivée de la 117e édition du marathon de Boston demeure frais à la mémoire des gens qui l’ont vécu sur place.

Cinq ans plus tard, des milliers de coureurs prendront le départ du prestigieux événement lundi matin dans la ville du Nord-est américain.

En 2013, trois personnes – dont un enfant de 8 ans – ont perdu la vie lorsque deux bombes ont explosé parmi la foule réunie près de l’arrivée. Plus de 260 personnes ont aussi été blessées dans l’attentat, dont une quinzaine qui ont dû subir une amputation.

Une vingtaine de coureurs de la région de Québec participaient à ce marathon il y a cinq ans. Ils venaient de terminer les 42,1 km et n’ont, bien sûr, rien oublié de ce qu’ils ont vécu. Certains d’entre eux n’ont pas hésité à refaire le célèbre marathon de Boston l’année suivante.

«En retournant vers l’hôtel, on s’est rendu compte qu’un événement vraiment important venait de se passer, car on entendait des sirènes, des voitures de police, a témoigné Martine Legendre, en entrevue à TVA Nouvelles. C’était l’état de panique autour du site du marathon. Ce sont des gens qui nous ont dit qu’il y avait une bombe à l’arrivée. L’état de panique a duré jusque dans la nuit, c’était vraiment stressant.»

Josée Aubin se souvient aussi des moments de panique. En attendant son café après la course en compagnie d’amis, elle a «entendu le bruit de la première bombe». «On est sorti dehors parce que quelqu’un criait "it’s a bomb". On a alors vu la fumée», s'est-elle remémorée.

Mme Aubin dit penser depuis à l’aspect sécurité lors de chacune de ses courses, mais elle est aussi plus consciente de l’importance de vivre le moment présent.