/sports/hockey
Navigation

Des Leafs en morceaux

Toronto Maple Leafs v Boston Bruins - Game Two
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Fidèle à son habitude, Mike Babock n’a pas tourné autour du pot pour expliquer la déconfiture de son équipe. Cette fois, c’est Frederik Andersen qui a fait indirectement les frais de sa critique.

«Ils ont marqué quatre buts sur six lancers. C’est ça qui est ça. Je trouvais que ça allait, qu’on avait de l’énergie. À certains moments, on a même tenté de répliquer. Mais au bout du compte, tu dois garder la rondelle à l’extérieur de ton filet.»

- Mike Babcock


Avec une récolte de 14 points, hier soir, le trio composé de Brad Marchand, Patrice Bergeron et David Pastrnak en compte 20 en deux rencontres. Dans le vestiaire des Leafs, on n’a pas trop voulu s’étendre sur le sujet.

Question: «As-tu déjà vu un trio inscrire 20 points en deux matchs?»

Réponse de Morgan Reilly: «Je viens de le voir.»

Question: «Comment expliques-tu que le trio que vous affrontez a récolté 20 points et le votre aucun?»

Réponse d’Auston Matthews: «La merde, ça arrive au hockey.»


C’est une évidence que les Maple Leafs devront apporter des correctifs d’ici le prochain match, prévu lundi à Toronto.

«Nous nous sommes fait dominer pendant deux matchs. Après six périodes, c’est 11 à 4. On mérite toutes les critiques. Heureusement, l’histoire n’est pas encore totalement écrite. On aura du travail à faire demain (dimanche) pour voir ce que nous avons fait de mal ce soir (samedi). On doit nus améliorer et changer le cours de l’histoire, lundi soir.»

- Ron Hainsey


La domination du trio de Patrice Bergeron peut paraître impressionnante de l’extérieur. Mais chez les Bruins, elle est facilement explicable.

«C’est le meilleur trio du hockey pour une raison. Ils travaillent sur 200 pieds. Ce qu’ils parviennent à accomplir dans notre territoire se traduit en occasions d’attaquer. Ils s’approprient la rondelle. Ils exercent un échec-avant intense. C’est assurément difficile de se défendre contre eux.»

- Torey Krug, complice de six buts depuis le début de la série.


Les succès des David Pastrnak ne sont pas le fruit du hasard. Selon ses compagnons de trio, il y a beaucoup de travail derrière cette réussite.

« Quelle soirée! C’est un joueur exceptionnel. Il a été grandiose pour nous toute la saison. Il progresse et travaille constamment sur son jeu. Vous savez, le plus impressionnant des deux derniers matchs, ce n’est pas nécessairement le fait qu’il ait marqué, mais plutôt la façon dont il joue. Il joue très bien défensivement et sort la rondelle au bon moment. C’est parce qu’il joue de la bonne façon que de bonnes choses lui arrivent. »

- Brad Marchand