/sports/hockey
Navigation

Dustin Byfuglien encensé de toutes parts

Chicago Blackhawks v Winnipeg Jets
AFP Dustin Byfuglien

Coup d'oeil sur cet article

Les Jets de Winnipeg sont de sérieux prétendants à la coupe Stanley cette année, et l’apport du défenseur Dustin Byfuglien n’est pas étranger aux succès de l’équipe.

Lors du deuxième duel de la série, disputé au Bell MTS Place, au Manitoba, Byfuglien a été utilisé pendant 23 min 51 s par son entraîneur Paul Maurice, un sommet au sein de l’équipe. Il en a profité pour distribuer huit mises en échec, dont une très solide aux dépens de Mikko Koivu.

Byfuglien a par ailleurs fait l’objet d’une ovation lorsque son visage a été montré à l’écran géant. Sans l’applaudir, ses coéquipiers lui ont également rendu hommage à leur façon.

«C’est un cauchemar de jouer contre lui, a avancé le capitaine Blake Wheeler, dans des propos rapportés par le réseau Sportsnet. Il peut être très dominant. Il peut contrôler un match avec son gabarit et il ressent très bien le jeu. Il est unique.»

«Dans les coins, il est très solide. Quand il décide de frapper quelqu’un, ce n’est pas amusant [pour la victime]. Il peut changer l’allure d’un match par sa simple présence.»

«Il motive tout le monde dans le vestiaire, a quant à lui affirmé Nikolaj Ehlers. Une mise en échec [comme celle aux dépens de Koivu] motive les partisans. Ça motive l’équipe. Ça me motive.»

Byfuglien a également été encensé par l’instructeur du Wild du Minnesota Bruce Boudreau.

«Il est partout. Vous devez savoir où il est quand vous êtes sur la glace, a expliqué l'entraîneur. Il peut être sur la glace pendant deux minutes. Il est tellement imposant que vous devez savoir où il se trouve.»

Quoi qu’il en soit, le principal intéressé ne joue pas pour attirer les éloges. À 33 ans, il est bien au fait qu’une carrière de joueur de hockey ne dure pas indéfiniment. Il tente simplement de profiter pleinement des séries éliminatoires.

«Ça n’arrive pas souvent, a-t-il dit. Alors profites-en. Pendant que tu y es, tu dois donner tout ce que tu as. Tu ne sais jamais ce qui peut arriver.»