/sports/hockey
Navigation

L’absence de Samuel Girard a fait mal à l’Avalanche

Colorado Avalanche v Chicago Blackhawks
AFP Samuel Girard

Coup d'oeil sur cet article

Absent de la deuxième rencontre de la série opposant l’Avalanche du Colorado aux Predators de Nashville, le défenseur québécois Samuel Girard a lourdement manqué à la troupe de Jared Bednar, samedi.

Utilisé pendant 22 min 07 s lors du premier match de cette série de premier tour, Girard a décoché quatre tirs au filet. Une blessure au haut du corps l’a toutefois contraint à rater le deuxième duel, mais son instructeur ne s’attend pas à une longue absence.

«[Son état est réévalué] quotidiennement, a dit Bednar au "Denver Post" après la défaite de 5-4 des siens, samedi soir. Nous verrons comment il va se sentir dimanche.»

Le pilote a profité de ce moment pour vanter les mérites de l’ancien des Cataractes de Shawinigan, qui dispute une première saison dans la Ligue nationale de hockey, à 19 ans.

«Il est un morceau important de notre équipe présentement. Il a élevé son jeu au bon moment. Avec l’absence d’Erik Johnson, il devient encore plus important.»

L’athlète originaire de Roberval a récolté 23 points, dont quatre filets, en 73 matchs cette saison.

Il a d’ailleurs disputé ses cinq premiers duels en carrière avec les Predators, qui l’ont repêché au deuxième tour du repêchage en 2016, avant d’être inclus dans la mégatransaction qui a envoyé Matt Duchene aux Sénateurs d’Ottawa.

Quoi qu’il en soit, l’Avalanche est en quête de solutions, la formation tirant de l’arrière par deux rencontres dans la série. Elle tentera de profiter de l’appui de ses partisans au Pepsi Center, lundi et mardi, pour niveler le pointage.

La discipline pourrait être l’une des solutions, puisque les négligés ont offert cinq jeux de puissance à leurs rivaux du Tennessee dans le deuxième affrontement. Les Predators ont également touché la cible deux fois à 4 contre 4.

«C’est certainement trop, a admis Bednar, après le match. Ils ont obtenu le momentum en marquant en avantage numérique en début de deuxième période.»