/sports/hockey/remparts
Navigation

Patrick Roy se pointe au Centre Marcel-Dionne

L’ancien entraîneur et DG des Remparts rencontrera Jacques Tanguay cette semaine

<b>Patrick Roy</b><br>
<i>Ancien entraîneur des Remparts</i>
Photo d'archives, Daniel Mallard Patrick Roy
Ancien entraîneur des Remparts

Coup d'oeil sur cet article

Flanqué par Julien Gagnon, le gouverneur à vie des Remparts de Québec, Patrick Roy était parmi les spectateurs dimanche après-midi, au Centre Marcel-Dionne de Drummondville, où les Voltigeurs y étaient les hôtes des Tigres de Victoriaville, lors du cinquième match de cette série de la ronde des quarts de finale.

« Le golf était fermé », a ironisé Julien Gagnon, dentiste de profession, lors d’un bref échange de textos.

Une hirondelle ne fait pas le printemps et la présence du numéro 33 à un match de la LHJMQ, en ce dimanche hivernal, n’annonce pas de facto son retour à la barre des Diables rouges. « Patrick est tout un personnage ! Ça ne me surprend pas qu’il se soit rendu à Drummondville pour voir du hockey en compagnie de Julien [Gagnon] », a dit le président des Remparts, Jacques Tanguay.

« Après quelques mois [en Floride], il devait s’ennuyer du hockey. Cela démontre, encore une fois, sa grande passion du hockey », a ajouté le président.

Aucune illusion

Si plusieurs intervenants croient dur comme fer que Roy renouera avec ses anciennes fonctions dans un avenir rapproché et qu’il soit ainsi inutile d’écrire sur tout autre candidat potentiel, Jacques Tanguay n’a pas encore couché sur papier un scénario mettant en vedette l’enfant prodigue.

« Je ne me berce pas d’illusions. Patrick est probablement plus intéressé par un retour au hockey professionnel que dans la LHJMQ.

« Il est à peine de revenu de Floride et cette semaine, je vais néanmoins prendre le temps de le rencontrer et de jaser [hockey0 avec lui », a ajouté Jacques Tanguay.

Rumeurs

Certaines rumeurs l’ont fait sourire au cours des derniers jours. « Entre autres, celle voulant que Guillaume Latendresse ait quitté son emploi dans le midget AAA [il y a quelques semaines] parce qu’il allait remplacer Philippe Boucher. »

Autre cancan qui ne tient pas la route longtemps lorsque confronté à la réalité factuelle : celui voulant que le propriétaire de l’Océanic, Alexandre Tanguay, ait dû, à la hâte, consentir une prolongation de contrat de trois ans à Serge Beausoleil par crainte qu’il devienne l’homme de confiance des Diables rouges. L’entente sur cette prolongation avait été conclue en janvier. Patrick Roy a décliné la demande d’entrevue de Mikaël Lalancette, de TVA Sports, dimanche.