/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve Doyon

Legault et sa «gang de jeunes»

Legault et sa «gang de jeunes»
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Depuis que François Legault s’est lancé en politique, le poste qui l’aura probablement le plus marqué a été son passage comme ministre de l’Éducation de 1998 à 2002.

En 2000, il préside le Sommet du Québec et de la jeunesse qui devait conduire notamment à la création des forums jeunesse du Québec et à des investissements importants en éducation.

C’est aussi à cette époque, à titre de ministre responsable de la jeunesse, que François Legault a développé des liens qui lui rapportent aujourd’hui. Plusieurs de ces jeunes qu’il a connus au début des années 2000 sont devenus 15 à 20 ans plus tard des leaders dans leur secteur d’activité.  

Son entourage immédiat

La personne la plus importante pour François Legault, outre sa femme Isabelle et sa famille bien sûr, c’est Martin Koskinen. Il est depuis l’élection de 2012, le chef de cabinet de la CAQ. C’est l’homme de confiance doté d’une loyauté indéfectible envers monsieur Legault. 

Martin Koskinen était, au tournant des années 2000, à la tête de l’organisme Force jeunesse. C’est là que les deux hommes ont fait connaissance.

Au début de la CAQ, un des lieutenants de François Legault était Patrick Lebel. C’est sous sa responsabilité que le parti fut créé et que les premiers pas en matière d’organisation politique ont été faits. Cet ancien président d’association étudiante de l’Université de Montréal a été nommé par François Legault à la présidence du Conseil permanent de la jeunesse (CPJ).

Youri Chassin et Marie-Eve Proulx

En parlant du Conseil permanent de la jeunesse, outre Patrick Lebel, François Legault y avait nommé 15 autres personnes de moins de 30 ans, provenant de partout au Québec pour y siéger. Le rôle du CPJ était de réaliser des études, des recherches et de conseiller le ministre sur les enjeux qui touchent cette génération. Un peu comme le Conseil du statut de la femme fait pour les questions féministes.

J’ai personnellement fait partie de ces nominations, mais il y avait aussi Youri Chassin et Marie-Eve Proulx. Ces deux personnes viennent de se joindre à la CAQ comme candidats. Youri Chassin tentera de se faire élire dans Saint-Jérôme et Marie-Eve Proulx dans Côte-du-Sud, endroit où elle a déjà été mairesse de la municipalité de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud.

Je me souviens très bien des discussions que nous avions eues sur la précarité en emploi des jeunes et les emplois atypiques et de la vaste consultation et des discussions animées lorsque nous nous projetions 15 ans plus tard... de quoi pourrait avoir l’air le Québec en 2018 (voir le document de 260 pages: Québec 2018, idées et projets pour demain). 

Eh bien, on y est 15 ans plus tard. J’ai été député de 2012 à 2014, et mes ex-collègues du CPJ tenteront de vivre la même chose que moi.

François Legault et la jeunesse

Ce n’est pas d’hier que François Legault a de grandes ambitions pour le Québec. Plusieurs au PQ espéraient sa candidature comme chef. Il a été tenté lors du départ de Lucien Bouchard, il y a fortement réfléchi lors de la démission de Bernard Landry, mais ses enfants étant trop jeunes, il a décidé de passer son tour.

François Legault savait cependant que son tour viendrait, et déjà il comprenait que les leaders jeunesse d’hier seraient les leaders politiques de demain. Je n’ai pas du tout été surpris de la nomination de Chassin et Proulx et je suis convaincu que d’autres personnes d’envergure rejoindront les rangs. Pour les avoir côtoyés pendant ces 3 ans, je peux affirmer qu’ils sont brillants, articulés et pourraient certainement jouer un rôle important au sein d’un éventuel gouvernement caquiste.

Au fond, François Legault était-il, au début des années 2000, un genre de Bobby Fisher, ex-champion mondial aux échecs capable de voir le jeu plusieurs coups à l’avance?