/sports/opinion/columnists
Navigation

Nouvelles modalités pour le bar rayé

La pêche du bar rayé peut se pratiquer à partir de la côte, comme l’a fait Sylvie Bourget, de Québec.
Photo courtoisie La pêche du bar rayé peut se pratiquer à partir de la côte, comme l’a fait Sylvie Bourget, de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Extension du territoire de pêche, augmentation de la limite de prise et de possession, voilà deux des nouvelles modalités de pêche qui vont entrer en vigueur avec la saison de pêche du bar rayé qui va bientôt commencer.

Ainsi, après avoir attendu durant plusieurs saisons, les pêcheurs de la Côte-Nord pourront pêcher le bar rayé. En effet, pour cette saison, le secteur de la pêche sportive a été agrandi. Il débutera maintenant dans une portion de la zone 21 délimitée par une ligne qui traverse le Saint-Laurent de Forestville à Mont-Joli. La deuxième mesure mise de l’avant est l’augmentation de la limite de prises et de possession quotidienne, qui passe de deux à trois bars rayés, pour l’ensemble de la saison. Enfin, la pêche sportive sera permise avec une limite de prises et de possession de trois bars rayés dans le plan d’eau d’exception de la zone 1, qui correspond au barachois de la rivière Malbaie, lequel est situé au sud de la Gaspésie. La pêche y était permise, mais la remise à l’eau était obligatoire.

Toutes les autres modalités de pêche touchant cette espèce demeurent inchangées. Si tout va bien, en 2019, il se pourrait que la pêche soit permise dans les rivières qui se déversent dans la zone 21, à l’est de Forestville sur la Côte-Nord, et à l’est de Mont-Joli sur la côte sud.

DEUX POPULATIONS DIFFÉRENTES

Il y a deux populations bien distinctes de bars rayés au Québec. Il y a premièrement celle que l’on trouve dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Dans les faits, ces bars rayés sont issus de la population de la région de la rivière Miramichi, au Nouveau-Brunswick. Elle est en pleine expansion depuis quelques années. L’été dernier, plusieurs personnes ont rapporté avoir vu ou capturé du bar rayé au nord de la Gaspésie et sur la Côte-Nord. Les spécialistes du MFFP ont pu établir que ces spécimens provenaient de la population du sud du golfe du Saint-Laurent. C’est pour cette raison que l’on a procédé cette saison à des ajustements dans les modalités de pêche de l’espèce en étendant le territoire vers l’ouest.

L’autre partie de la population, celle qui est toujours protégée, c’est celle du fleuve Saint-Laurent. Disparue il y a de nombreuses années et réintroduite à la suite du programme mis de l’avant par la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs à compter de 2002, l’espèce semble prendre de l’expansion de façon assez importante. Avant, toutefois, de permettre une saison de pêche durable, les experts du MFFP veulent être certains que la population est bien rétablie à un niveau où le prélèvement pourrait être permis.

UNE OUVERTURE ATTENDUE

Pour la Fédération des chasseurs et pêcheurs, cette ouverture du MFFP tombe à point.

« Pour la Fédération, qui souhaite le meilleur accès possible à cette ressource, ces nouvelles modalités arrivent à point et permettront au ministère de comprendre la pertinence de miser sur le développement de la pêche sportive, souligne le directeur général de la Fédération, Alain Cossette. Tous les partenaires du ministère et les communautés touchées par ces nouvelles modalités vont épauler les efforts du ministère dans cette voie. »

Il faut dire ici que depuis de nombreuses années, la FédéCP, qui a mis en branle le projet n’a toujours eu qu’une seule visée, l’ouverture de la pêche sportive autant dans le Saint-Laurent que dans le golfe. Il est donc normal pour l’organisme d’appuyer le ministre Blanchette dans son désir de démocratiser la pêche du bar rayé.