/misc
Navigation

Diversité à proximité

Campeau 0502
photo courtoisie La réserve faunique de Papineau-Labelle peut se vanter d’offrir à sa clientèle une variété très appréciable de poissons combatifs.

Coup d'oeil sur cet article

Si je vous demandais de me nommer un site hôte de neuf espèces de poissons, dont six sont des salmonidés, il a fort à parier que vous ne sauriez quoi répondre.

Pourtant, à moins de deux heures de Montréal et à seulement 82 km de la capitale nationale, on les retrouve toutes dans la concentration de 763 lacs et de 42 rivières et ruisseaux de la réserve faunique de Papineau-Labelle.

Pluralité

La vedette de ce grand terrain de jeu du réseau de la Sépaq est sans contredit la truite mouchetée. Les amateurs en capturent plus de 17 200 dans l’ensemble des 220 lacs, où les belles indigènes, d’un poids moyen de 300 grammes, vivent en toute quiétude. Il faut toutefois savoir que certains lacs comme le Binet, le Robillard, le Montjoie et plusieurs autres abritent de grosses ogresses. Personnellement, au fil du temps, j’y ai attrapé trois ombles de fontaine pesant plus de deux kilos.

Si vous êtes un adepte de gros prédateurs, sachez que dans le Pap-Labelle, comme plusieurs le surnomment, il se déjoue, chaque année, des truites grises trophées qui font osciller la balance à plus de 7,5 kilos. Retenez que le poids moyen des spécimens que les manieurs de canne passent à l’épuisette dans les 45 nappes d’eau se situe aux alentours de 800 grammes. Jules Bonnemayers, de Dollard-des-Ormeaux, a eu la surprise de sa vie en 2016, au lac Montjoie, lorsqu’un touladi géant de 12,25 kg (27 lb) s’est emparé de son leurre.

Tout le monde sait que l’achigan à petite bouche est un combattant vraiment coriace. Certains lacs, parmi les 18 plans d’eau hôtes, recèlent de nombreuses palettes de plus de 1,35 kilo. Parmi les endroits réputés pour être productifs, nommons le des Mauves, le de la Fourche, le des Écorces, le Preston et le Saint-Denis.

Du doré jaune

Les dorés jaunes peuplent sept étendues d’eau, comme le lac du Sourd, le Saint-Denis et le Rognon. Les techniques traditionnelles comme la pêche à la traîne avec poisson-nageur, à la dandinette et au harnais à vers génèrent d’excellents résultats. Un des gardiens me racontait avoir déjà vu un percidé de plus de trois kilos provenant du lac du Sourd.

La dernière fois que je me suis rendu au Montjoie, il y a près d’une décennie, je me souviens d’avoir combattu une belle ouananiche de deux kilos qui a fait de nombreux sauts acrobatiques avant que mon partenaire puisse l’immobiliser dans les mailles de l’épuisette. Les statistiques révèlent qu’environ 300 saumons d’eau douce proviennent annuellement de quatre lacs distincts.

La réserve n’ensemence que 20 lacs. Les techniciens enrichissent ces eaux en y déposant plusieurs milliers de salmonidés. Il est donc possible de taquiner l’arc-en-ciel dans le lac Clair et le Lelat et la moulac dans le Armstrong et le Philippe.

Le brochet exerce son règne de roi des prédateurs dans huit lacs. Il y a peu de passionnés qui se rendent sur place pour tenter de les leurrer. Seuls 62 carnassiers ont été interceptés au cours de la dernière saison.

Si vous êtes le genre de pêcheur qui aime relever les défis, sachez qu’il y a des ombles chevaliers qui nagent dans le Clark, le Petit Rat Musqué et dans le des Ibis. Seulement 25 spécimens ont été enregistrés en 2017.

Pour en apprendre davantage ou pour réserver une journée de pêche à compter du 11 mai prochain, composez le 819 454-2011, poste 24, ou visitez le site www.sepaq.com.

De tout pour tous

► Les principales réglementations de pêche et de chasse sportive au Québec, en version papier, sont maintenant en vente. On retrouve dans le Guide du pêcheur et dans le Guide du chasseur les principales règles, les cartes des zones, les exceptions ainsi que les règlements particuliers s’appliquant pour la pêche au saumon et pour la chasse aux oiseaux migrateurs. Vous pourrez vous les procurer, pour moins de 3 $ chacun, chez les revendeurs de permis ou en ligne au www.guidedupecheur.com ou au www.guideduchasseur.com.

► Les amateurs de bars rayés, qui taquinent la population distincte de poissons du sud du golfe du Saint-Laurent, seront heureux d’apprendre que le MFFP étend, dès le début de la saison, le secteur où la pêche sportive au bar rayé est permise, ce qui correspond à la portion de la zone de pêche 21, située à l’est d’une ligne reliant Forestville à Mont-Joli. Les autorités augmentent également la limite quotidienne de prise et de possession qui passe de deux à trois bars rayés pour l’ensemble de la saison.

► L’Association des Collectionneurs d’Armes du Bas-Canada inc. vous invite le samedi 5 mai prochain, au Salon de l’arme et du militaria. Cet événement se déroulera de 9 h 30 à 15 heures, à la Place Desaulniers, 1023 boulevard Taschereau, à Longueuil (à proximité du métro Longueuil). Pour obtenir d’autres renseignements, contactez le 450 445-5801 ou visitez le www.lca-canada.com.

► Éric Tourangeau de la firme DDR Plein Air était fier d’annoncer que le réputé chasse-moustiques Watkins Great Outdoors était maintenant également disponible dans une version plus écolo, sans le fameux DEET. La nouvelle formule contient 20 % d’Icaridine qui génère elle aussi une protection de 12 heures contre les moustiques et les tiques. Elle répond aux besoins de toute la famille, même pour les rejetons de plus de 6 mois. Le produit est inodore après l’application, donc idéal pour la chasse à l’ours et les activités de pêche.