/sports/others
Navigation

Un départ historique grâce à un Québécois

L’homme d’affaires Sylvan Adams a obtenu trois étapes du 101e Tour d’Italie en Israël

Dans la tourmente en raison d’allégations de dopage, Chris Froome se dit « prêt à gagner » ce Giro 2018.
Photo AFP Dans la tourmente en raison d’allégations de dopage, Chris Froome se dit « prêt à gagner » ce Giro 2018.

Coup d'oeil sur cet article

La 101e édition du Tour d’Italie partira aujourd’hui de Jérusalem grâce au travail de Sylvan Adams, l’homme d’affaires québécois qui a émigré en Israël et convaincu les organisateurs du Giro de sortir de l’Europe pour la première fois de son histoire.

Au Québec, la famille Adams a bâti une fortune de près de 2 G$ dans l’immobilier et les centres commerciaux, notamment avec Développements Iberville, fondé par Marcel Adams, un survivant de l’Holocauste aujourd’hui âgé de 97 ans.

Son fils, Sylvan Adams, un passionné de vélo, est le président honoraire du Grand Départ en Israël après plus d’un an d’efforts auprès des gouvernements, des villes et des organisateurs de la célèbre course cycliste, la deuxième en importance sur la planète. Il s’agit du plus grand événement sportif jamais organisé dans ce pays du Moyen-Orient mordu de football et de basketball.

« Quand j’ai fait la proposition au directeur du Giro Mauro Vegni, il pensait que je plaisantais et que ce n’était pas sérieux. Je l’ai convaincu de venir faire une visite. Lorsqu’il a vu que le pays était très beau, sécuritaire avec de belles routes et une culture de cyclisme, l’idée a commencé à faire son chemin et les négociations ont pu débuter », explique-t-il.

L’homme d’affaires souhaite que le monde entier puisse enfin voir Israël autrement que par le conflit.

Une image différente

« On écrit sur un seul sujet et ça donne une distorsion de la vie ici. C’est un pays moderne, démocratique et occidental normal. L’an dernier, 840 millions de téléspectateurs ont regardé le Giro. J’ose croire qu’on aura peut-être un milliard cette fois-ci. Je veux montrer le vrai Israël, un pays tolérant, ouvert, avec 21 % de la population arabe dans tous les secteurs d’emploi. Israël n’est pas ce qui est très souvent rapporté de façon obsessive. »

À l’origine du projet de Grand Départ en Israël, l’homme d’affaires Sylvan Adams a rencontré le pape François l’automne dernier pour l’inviter à assister à la course.
Photo courtoisie
À l’origine du projet de Grand Départ en Israël, l’homme d’affaires Sylvan Adams a rencontré le pape François l’automne dernier pour l’inviter à assister à la course.

Selon Sylvan Adams, ce « Giro de la paix » revêt également un caractère important pour les trois religions abrahamiques.

Le magnat canadien a même rencontré le pape François en octobre 2017 pour l’inviter à assister à l’épreuve. « C’est une route symbolique de Jérusalem jusqu’à Rome. »

Le magnat de l’immobilier a aussi inauguré mardi le premier vélodrome en salle du Moyen-Orient.
Photo courtoisie
Le magnat de l’immobilier a aussi inauguré mardi le premier vélodrome en salle du Moyen-Orient.

Depuis son arrivée il y a deux ans, le milliardaire de 59 ans a beaucoup investi sur la côte méditerranéenne. Il a financé la création d’une académie des sports et d’un centre de recherches à l’Université de Tel-Aviv. Un premier vélodrome a été inauguré plus tôt cette semaine. Sylvan Adams pourra faire les premiers tests puisqu’il est lui-même champion du monde des maîtres sur piste à la course aux points. « La piste sera homologuée par l’UCI. On veut des compétitions dans le futur et nous avons fait la demande pour le championnat du monde junior en 2021. »

Recevoir un grand départ coûte très cher. Pour trois étapes inédites en Israël, la facture risque de dépasser les 12 M$ en raison de la logistique et de la sécurité.

Sur le plan sportif, les Chris Froome, Tom Dumoulin, Thibaut Pinot, Miguel Angel Lopez, et Fabio Aru figurent parmi les favoris pour remporter la course.

Banni à vie, le retraité Lance Armstrong est en Israël sans accréditation.

Un Québécois au départ Guillaume Boivin fier de son équipe
 

Guillaume Boivin sera l’unique Québécois au départ de l’épreuve à Jérusalem. Son équipe israélienne Cycling Academy a bénéficié de l’invitation spéciale des organisateurs notamment en raison du travail de Sylvan Adams, copropriétaire de l’équipe. Deux ans après avoir rejoint une formation méconnue, il apprécie cette opportunité incroyable. Le sprinteur de 28 ans espère se démarquer dans les arrivées de masse.

«Ma forme est super bonne. Mon poids est bon. Après, c’est de prendre ma chance un jour à la fois. En Israël, c’est historique. Comme équipe locale, ce sera spécial. Je suis fier d’avoir gagné ma place», a avoué l’ancien médaillé de bronze des Mondiaux U23. En 2013 et 2014, Boivin avait pris part au Tour d’Espagne avec l’équipe Cannondale.

Deux de ses coéquipiers vivront d’ailleurs un baptême fort particulier. Guy Sagiv et Guy Niv seront les premiers cyclistes d'Israël à prendre le départ d’un grand tour.

«À Tel-Aviv, les conflits ne font pas partie de la réalité quotidienne. C’est une ville accueillante, sécuritaire et très agréable.»
 

Michael Woods vise une victoire
 

Même si certains le voient parmi les favoris pour remporter le classement général, le cycliste d’Ottawa Michael Woods aimerait beaucoup décrocher une victoire d’étape sur cette 101e édition du Tour d'Italie.

Joint en Espagne, l'ancien coureur à pied de 31 ans savourait encore son plus beau résultat en carrière avec sa 2e place sur Liège-Bastogne-Liège, la «Doyenne»  des classiques qui fait partie des cinq «monuments» du cyclisme. Sa 7e position au final de la Vuelta en 2017 feront de lui un coureur à surveiller.

«C’était une grosse surprise. Je suis capable de gagner maintenant. La nuit suivante, j’ai pris un vol pour voir des étapes du GIRO. L’an passé, j’ai montré que je peux gagner une étape mais je ne suis pas certain que je peux gagner un grand tour comme ça», a expliqué le Canadien de l'équipe EF Education First.

À sa troisième saison professionnelle seulement, nul ne sait encore ce qu’il peut réaliser. Il y a cinq ans à peine, l’olympien de Rio faisait ses débuts avec l’équipe Garneau-Québecor de Louis Garneau.