/misc
Navigation

Des futurs choix de poids

Samuel Thomassin et Maurice Simba croient en leurs chances de se faire remarquer

Quebec
Stevens LeBlanc Maurice Simba, des Stingers, et Samuel Thomassin, du Rouge et Or, espèrent que leur gabarit et leur talent joueront en leur faveur lors du prochain repêchage de la LCF.

Coup d'oeil sur cet article

Après le repêchage faste de 2016 où trois gros bonhommes avaient trouvé preneur en première ronde, les deux dernières années ont été plutôt tranquilles pour les joueurs de ligne offensive issus du RSEQ.

La tangente pourrait changer l’an prochain à la lumière des invités au Défi Est-Ouest. Samuel Thomassin, du Rouge et Or de l’Université Laval, Maurice Simba et Matt Halbgewachs, des Stingers de Concordia, font tourner des têtes. À 6 pi 5 po et 285 livres, Vincent Roy, du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, possède aussi le physique de l’emploi.

L’an dernier, Hugo Richard et les quarts-arrière de l’Est avaient dû sauver leur peau pendant tout le match. La ligne offensive ne faisait tout simplement pas le poids. En contrepartie, l’Ouest misait sur des gars de premier plan, dont quatre ont trouvé preneur cette année en première ronde du repêchage.

« On ne peut avoir trois gars du RSEQ en première ronde à chaque année, a souligné Thomassin du haut de ses 6 pi 6 po et 313 livres. Il y a du gros potentiel ici provenant du RSEQ. C’est mon rêve depuis que je suis jeune et c’est certain que j’aimerais jouer dans la LCF. Je vais y aller une étape à la fois, mais certains m’ont fait réaliser que je pourrais avoir une opportunité au sud de la frontière. Il y a tellement de choses que je ne contrôle pas que je dois me concentrer à connaître une grosse saison et à gagner la coupe Vanier. »

Un mentor

À 6 pi 8 po et 323 livres, Simba ne laisse personne indifférent. « Des équipes de la LCF ont déjà parlé de moi à mes coachs, mais je veux me concentrer sur ma semaine au Défi Est-Ouest, a raconté le produit des Nomades de Montmorency. J’aimerais remonter le nom de Concordia. Ted (Karabasos) est plus qu’un coach pour moi. C’est un mentor. Je lui dois tout. »

Élu sur l’équipe d’étoiles du RSEQ, le bloqueur des Stingers vogue d’une surprise à l’autre depuis quelques mois. « Parce que j’ai peu joué à ma première saison, je ne pensais pas être choisi pour le Défi Est-Ouest, mais je suis excité par le challenge, a-t-il souligné. Je ne m’attendais pas d’être élu sur l’équipe d’étoiles. »

Sélections

En 2016, Philippe Gagnon (2e), Charles Vaillancourt (5e) et Jason Lauzon-Séguin (7e), du Rouge et Or, avaient été sélectionnés en 1re ronde. Cette année, un seul gros bonhomme a été réclamé soit le bloqueur Arnaud Gendron-Dumouchel, des Carabins de l’Université de Montréal, en 4e ronde.

En 2017, Jean-Simon Roy, du Rouge et Or, et Qadr Spooner, des Redmen de McGill, avaient été réclamés en 2e ronde alors que Marc Glaude, des Carabins, avait été sélectionné en 8e ronde.

Lanctôt veut profiter de sa chance

Pierre Karl Lanctôt
Photo Stevens LeBlanc
Pierre Karl Lanctôt

Pierre-Karl Lanctôt sera-t-il la version 2018 d’Étienne Moisan?

Invité de dernière minute au Défi Est-Ouest l’an dernier, le demi inséré du Rouge et Or de l’Université Laval avait disputé un excellent match avant de connaître une très bonne saison qui lui a valu une sélection en 6e ronde (51e au total) par les Alouettes de Montréal lors du dernier repêchage.

Lanctôt a vécu une situation similaire cette année. Contrairement à son coéquipier, il portera les couleurs de l’Est et a obtenu un peu plus de temps pour se préparer. « J’ai appris la nouvelle de ma sélection il y a trois semaines, a raconté le joueur de ligne offensive du Rouge et Or. J’ai eu le temps de me préparer. En janvier, j’avais rencontré Glen (Constantin) pour lui signifier mon intérêt si jamais une place se libérait. Quand le centre de McGill s’est blessé et a dû se retirer, on a pensé à moi. »

Invité de dernière minute ou pas, Lanctôt assure qu’il n’est pas dépassé par les événements. « Je me sens à ma place, a-t-il indiqué. Il s’agit d’une belle vitrine et d’une excellente opportunité de me faire valoir. Je ne peux que sortir grandi d’une telle expérience. »

Année cruciale

Limité à un rôle de réserviste depuis son arrivée à Laval en 2016 et ennuyé par les blessures, Lanctôt vivra une année déterminante. « Je vais tenter de rester en santé, a-t-il souligné. Je veux prouver que j’ai ma place sur la ligne offensive du Rouge et Or. Au Défi Est-Ouest, je joue comme centre, une première depuis la Coupe Dunsmore 2016, mais je vais batailler pour le poste de bloqueur à droite à Laval. »

S’il a bien fait au test du développé couché en réussissant 26 répétitions, ce qui lui a valu le deuxième rang à seulement une du vainqueur Eric Starczala, un joueur de ligne offensive des Gryphons de Guelph, Alexandre Savard veut aussi démontrer d’autres facettes de son jeu. « Je veux montrer que je suis capable d’apprendre un cahier de jeu rapidement, a indiqué l’ailier espacé du Rouge et Or. On veut m’utiliser à différentes positions au cours de la semaine. Mes 26 répétitions ne sont pas une surprise (son record personnel est de 28), mais je suis surpris d’avoir terminé au 2e rang. »