/misc
Navigation

Supprimez ces mots!

Supprimez ces mots!
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Quand la coalition Sortons les radio-poubelles de Québec a fait parvenir au site web du Journal le clip audio dans lequel Jeff Fillion propose de «tirer une balle entre les deux yeux» des protestataires du G7, mon premier réflexe a été d’aller écouter le contexte dans lequel cela a été dit.

À mon grand étonnement, ce que j’entends sur la version intégrale de l’émission disponible sur le site de Radio X est différent du clip que l’on nous a transmis.

À l’aide d’un éditeur audio numérique, j’ai donc extrait et comparé les deux bouts d’émission.

Celui transmis par la coalition permet d’entendre:

Martin Busuttil: «...Et là, toutes les réponses seront adressées à ce moment-là, c’est ça qu’on a annoncé tout à l’heure.»

Jeff Fillion: «Une des choses qu’on pourrait dire, c’est: On vous donne la chance de manifester pacifiquement. La minute que quelqu’un fait du grabuge, y’a une balle entre les deux yeux. Y’en aura pas de grabuge. (Silence) On exagère, mais faut montrer de la pogne. C’est ça que je veux vous dire.»

Pourtant, sur le site de Radio X où on retrouve l’émission intégrale, on entend plutôt:

Martin Busuttil: «...Et là, toutes les réponses seront adressées à ce moment-là, c’est ça qu’on a annoncé tout à l’heure.»

Jeff Fillion: «Là, on est en train de donner des... r’garde, il faut que t’envoie... Écoutez, y’a un gars qui est entré dans un autobus, y’a manqué de “scrapper” la vie d’un chauffeur d’autobus...»

Alors, qui dit vrai?

La haine viscérale que porte la coalition Sortons les radios poubelles de Québec envers certains animateurs, Fillion en particulier, m’a fait douter de l’authenticité du clip.

Mais des sources fiables à Radio X m’ont indiqué que c’est bien cette version qui est conforme.

Généralement, on ne modifie pas les versions «intégrales» des émissions mises en ligne à moins qu’un animateur ou la direction ne soit embarrassé par ce qui a été dit en ondes.

Ce serait le cas ici.

Il y a deux principes qui valent la peine d’être soulignés, me semble-t-il.

En 2018, quand Infoman ou des haters décident d’embarquer sur votre cas, ils servent à la radio sa propre médecine. Eux aussi peuvent enregistrer tout ce qui se passe en ondes et faire ressortir ce qui fait leur affaire pour vous faire mal paraître. La preuve en est que vous n’aviez pas remarqué cet extrait avant qu’Infoman ne le rediffuse.

D’autre part, j’entends occasionnellement des animateurs qui défendent leurs propos controversés en disant que lorsque l’on fait la somme de tout ce qui se dit en ondes dans leur show, il est normal de «l’échapper» à l’occasion.

Bullshit.

Des millions de parents disent des millions de mots à leurs enfants tout au cours de leur vie sans jamais dépasser les bornes. Ils sont pleinement conscients de leur responsabilité et toute une catégorie de mots, d’exemples et d’images s’excluent d’emblée de leur vocabulaire parce qu’ils n’ont jamais le droit d’oublier qu’ils sont des parents.

Il en va de même à la radio.

Ça ne signifie pas que l’on doive accepter l’inacceptable, soit de tolérer que des casseurs professionnels s’installent impunément à Québec pendant le sommet du G7.

Mais même Radio X reconnaît implicitement que ce n’est pas la façon de le dire.

Je ne peux imaginer UNE SEULE personne lisant ce texte qui, un jour, aurait dit à son fils ou sa fille que la solution à un problème à Québec était de «mettre une balle entre les deux yeux» de quiconque.

Ni de «lui frotter la face sur l’asphalte».

Par contre, il semble que ce sont des pratiques que l’on voit dans des pays sympathiques comme l’Iran, le Yémen ou le Pakistan.

Ça dépend du genre de modèle de société que tu prônes dans ton show.