/news/green
Navigation

Crue printanière: des bureaux temporaires d’aide aux sinistrés sont ouverts

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Maintenant que la crue printanière est terminée dans la majorité des régions du Québec, les citoyens sinistrés peuvent s’inscrire au programme d’aide financière aux sinistrés du gouvernement du Québec.

Le ministère de la Sécurité publique du Québec a à cette fin mis sur pied des bureaux temporaires d’aide aux sinistrés dans plusieurs municipalités. De tels bureaux seront ouverts à Weedon, les 11 et 12 mai, et à Saint-Michel-des-Saints, le 24 mai. Une séance d’information sur le programme aura également lieu le 23 mai à Saint-Michel-des-Saints.

Le programme d’aide aux sinistrés s’adresse aux particuliers, aux propriétaires de bâtiments locatifs, aux entreprises et aux municipalités, ainsi qu’aux organismes venant en aide aux sinistrés. Pour y être admissible, le sinistre doit avoir été causé par une catastrophe naturelle et la situation doit avoir posé un danger sérieux pour la sécurité des personnes et l’intégrité de leurs biens essentiels ou d’infrastructures publiques.

Les citoyens doivent transmettre leur demande d’adhésion au programme correspondant au sinistre qu’ils ont subi dans les trois mois suivant sa mise en œuvre. Les travaux pour lesquels une aide financière a été accordée doivent être effectués dans les 12 mois suivant la demande.

Des régions toujours à risque

Plusieurs régions au nord du Québec n’en ont pas encore fini avec la crue printanière, puisque plusieurs lacs sont encore gelés et des secteurs sont encore enneigés. Aucune situation problématique n’est toutefois envisagée par le ministère.

Plus au sud, plusieurs secteurs et municipalités sont toujours affectés par des inondations mineures. C’est le cas de Saint-Gabriel-de-Brandon et de Terrebonne, dans Lanaudières, de Pointe-Calumet et de la rivière du Diable, dans les Laurentides, de la rivière Croche, en Mauricie, de Sainte-Anne-de-Bellevue, en Montérégie, et de Ripon, en Outaouais. Le niveau de tous les cours d’eau causant ces inondations est cependant à la baisse, à l’exception de la rivière de la Petite Nation, à Ripon.