/news/politics
Navigation

Les pêcheurs paieront un tarif pour accéder au Nord-du-Québec

Le ministre tente de mettre le couvercle sur la marmite d’un dossier chaud

Periode des questions
Photo Simon Clark Le ministre Luc Blanchette, photographié mardi à l’Assemblée nationale, autorisera finalement les pêcheurs indépendants à accéder aux rivières du Nord-du-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard annoncera aujourd’hui qu’il permettra aux pêcheurs d’accéder aux rivières du Nord sans utiliser tous les services d’une pourvoirie, a appris Le Journal.

Le ministre Luc Blanchette est dans de mauvais draps depuis plusieurs semaines après avoir adopté en catimini une modification réglementaire qui force les pêcheurs de saumon non autochtones à passer par une pourvoirie dans le Nord-du-Québec.

Il a l’appui de la communauté inuite et des pourvoyeurs, mais il s’est fait vertement critiquer par la Fédération des chasseurs et pêcheurs, le regroupement des pilotes de brousse et par les partis d’opposition, qui estiment qu’il s’agit d’une privatisation des ressources fauniques.

Ils déplorent que plusieurs pourvoiries de luxe affichent complet et que les prix dépassent les 2000 $ par jour pour accéder aux grandes rivières du Nord.

Tarif journalier de 100 $

Selon des informations obtenues par notre Bureau parlementaire, M. Blanchette a trouvé une voie de passage qui lui permettra de respecter la lettre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois tout en satisfaisant les pêcheurs indépendants.

Ils pourront continuer de pêcher le saumon en payant un tarif journalier de 100 $ à une pourvoirie, qui pourrait leur offrir des services comme l’achat d’essence et la restauration, sans nécessairement qu’ils aient à utiliser un guide ou dormir dans une auberge.

Des excuses

Le ministre Luc Blanchette tente ainsi de mettre le couvercle sur la marmite d’un dossier chaud qui remet en question, selon ses critiques, le principe de libre accès du public au territoire québécois.

La superficie touchée par la controverse équivaut au quart de tout le territoire du Québec. 

Questionné une fois de plus en Chambre mardi, cette fois-ci par le Parti québécois, le ministre a dû s’excuser après avoir affirmé que les riches pêcheurs qui vont dans les pourvoiries du Nord ne sont pas du type « clientèle de Walmart ».

« En ce qui concerne Walmart, j’ai donné un exemple maladroit pour illustrer ma pensée, et je m’en excuse », a reconnu M. Blanchette durant la période de questions.

Au début du mois, lors de l’étude des crédits budgétaires, M. Blanchette avait indiqué que les pêcheurs qui vont dans le Grand Nord ne sont pas « une clientèle de Walmart », mais plutôt une « clientèle triée sur le volet ».

Le député péquiste Sylvain Roy n’a pas apprécié. « Au bénéfice de tous, j’ai une question très simple. Quelle est votre définition de la clientèle d’un Walmart ? », a-t-il demandé mardi à M. Blanchette.

Il l’a d’ailleurs sommé de reculer. « Est-ce que le ministre peut revenir à la raison, annuler le “reclubage” dans le Nord et redonner la ressource faunique à tous les Québécois, incluant la clientèle de Walmart ? », a-t-il lancé.

 

Résumé des faits

Québec a adopté un règlement pour confier l’exclusivité de la pêche au saumon du Nord à une poignée de pourvoiries. 

Au fil du temps, Luc Blanchette a dit qu’il a pris cette décision pour :

  • Favoriser l’économie du Nord
  • Avoir un meilleur suivi de la population de saumon
  • Appliquer davantage la Convention de la Baie-James

Sa décision est critiquée par : 

  • Aviateurs Québec
  • La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (125 000 membres)
  • Le PQ, la CAQ et Québec solidaire

Il a l’appui de : 

  • La communauté inuite
  • La Fédération des pourvoiries