/news/society
Navigation

Assises 2018: l’UMQ milite pour «une réforme fiscale municipale»

<b>Alexandre Cusson</b><br />
Président de l’UMQ
Photo d'archives Alexandre Cusson
Président de l’UMQ

Coup d'oeil sur cet article

Le commerce en ligne et les changements démographiques mettent en péril le modèle actuel de fiscalité municipale, s’inquiète l’Union des municipalités du Québec (UMQ), dont les assises annuelles débutent aujourd’hui à Gatineau.

Alexandre Cusson, président de l’UMQ, a ainsi dit « militer en faveur d’une réforme fiscale municipale » dont les contours demeurent à négocier avec le gouvernement. « Il n’est pas question d’augmenter le fardeau fiscal des familles. En même temps, on ne va pas demander aux gens du commerce ou de l’industrie, qui continuent de rester, d’assumer la part de ceux qui quittent le marché parce que l’économie se dématérialise », a-t-il indiqué pour décrire cette « impasse fiscale ».

350 Walmart

L’UMQ rendra d’ailleurs public cet après-midi un rapport qu’elle a commandé à Aviseo Conseil. On peut y lire que « les ventes en ligne ont occasionné la perte de 2000 commerces en 2016 [au Québec], soit 3 milliards $ de valeur foncière. Les pertes annuelles de 65 millions $ sont l’équivalent de 350 Walmart ». Pour ne rien arranger aux finances municipales, « les mises en chantier diminueront de 40 % d’ici 15 ans. [Cela] réduira la croissance des revenus de l’impôt foncier », ajoute l’étude.

En cette période préélectorale, M. Cusson estime que les chefs des principaux partis québécois, qui seront tous présents à Gatineau, devront présenter leurs solutions. Le président de l’UMQ, dont la réélection à ce poste sera vraisemblablement confirmée aujourd’hui, juge également que le gouvernement doit répondre à ces deux vieilles revendications des municipalités.

Selon ses calculs, le paiement complet des compensations tenant lieu de taxes foncières générerait 150 millions $ de plus, annuellement, dans les coffres des municipalités. Aussi, le remboursement intégral de la TVQ ajouterait 450 millions $ de plus, annuellement, aux villes. « On demande à Québec de payer ses factures, a-t-il insisté. On a une économie qui roule. On bat des records. Mais l’impact réel pour les municipalités est minime. »

Pas inintéressant, selon Labeaume

Interrogé sur ses attentes en lien avec les assises de l’UMQ, le maire Labeaume a rappelé hier que « tous les chefs politiques vont venir nous parler de l’avenir, ça ne sera pas inintéressant de voir ça. Je n’ai pas d’attentes spéciales, mais c’est la dernière rencontre de l’UMQ avant les élections [provinciales] et pour nous autres, ça va être intéressant de voir ce que tous les chefs ont à dire ».

– Avec Jean-Luc Lavallée