/news/society
Navigation

Débat enflammé sur l’immigration sur les ondes de LCN

Bernard Drainville, Dalila Awada, Régine Laurent et Richard Martineau ont pris part à cette discussion, animée par Mario Dumont.
Capture d'écran TVA Nouvelles Bernard Drainville, Dalila Awada, Régine Laurent et Richard Martineau ont pris part à cette discussion, animée par Mario Dumont.

Coup d'oeil sur cet article

En prévision des prochaines élections fédérales, des chroniqueurs, des analystes et une militante ont croisé le fer dans un débat sur l’immigration sur les ondes de LCN mercredi soir.

Régine Laurent, Bernard Drainville, Dalila Awada et Richard Martineau ont pris part à cette discussion, animée par Mario Dumont.

D’entrée de jeu, chacun s’est prononcé sur la stratégie d’immigration proposée cette semaine par la CAQ et qui a fait couler beaucoup d’encre depuis.

«On donne encore l’impression que les immigrants et les immigrantes doivent montrer patte blanche, a déploré la militante Dalila Awada, qui trouve que la proposition du parti de François Legault va trop loin. Ça jette vraiment une espèce de suspicion sur ces immigrants, eux qui sont déjà confrontés à beaucoup de stéréotypes, de préjugés et de discrimination à l’embauche.»

«Sur la francisation, moi je le suis, je pense qu’on a un vrai vrai gros problème avec la francisation, a pour sa part affirmé Bernard Drainville. Les programmes actuels sont un échec, la vérificatrice générale l’a dit. [...] Là où je débarque, c’est sur le test des valeurs. Je comprends ce que Legault veut faire, mais à mon avis, le test des valeurs et surtout ses conséquences, ça, ça va trop loin.»

Une position que partage Régine Laurent.

«Le test des valeurs, c’est complètement démagogique, inapplicable, inhumain, a-t-elle lancé. J’ajouterais que c’est comme si avec sa proposition, la CAQ veut apporter un nouveau visa qui n’existe pas. Ça n’existe pas ce visa-là. Vous allez être suspendus pendant trois ans de votre vie et si vous échouez à 59 % comme à l’école, ben on vous dit "bye bye". Ça n’a aucun sens!»

Même Richard Martineau abonde dans ce sens.

«Le test des valeurs, entre autres sur l’égalité homme femme, est-ce que nos évêques et nos cardinaux respectent l’égalité homme femme? a-t-il demandé. Est-ce que les Gilbert Rozon et Marcel Aubut de ce monde respectent l’égalité homme femme? Ça va être difficile à appliquer. Je comprends l’idée qui est derrière le test, je comprends fort bien, mais je trouve que c’est une autre idée mi-cuite de la CAQ.»